Aller directement au contenu principal

Léopold III: Roi trop passif sous l'Occupation?

BELGIQUE | Mis à jour le vendredi 13 septembre 2013 à 16h58

  • "Léopold III antisémite, nouveaux documents accablants", c'est la "Une" ce vendredi de l'hebdomadaire Marianne Belgique. Qui entend démontrer que le Roi n'aimait pas beaucoup les Juifs. Un antisémitisme qui aurait pu avoir un impact sur la déportation des Juifs de Belgique. Côté historiens, on préfère parler d'une certaine passivité du Roi et de son entourage, comme de la majorité des institutions à l'époque.

    "Une Belgique docile", des autorités passives pour une large part d'entre elles face à l'arrestation et la déportation des Juifs de Belgique pendant la seconde guerre mondiale, c'était déjà largement le constat dressé par les historiens ces dernières années. Passivité, laisser-faire, application de la politique du "moindre mal" face à l'Occupant. Une nouvelle illustration peut en être donnée avec l'attitude même du Roi d'alors, Léopold III, ou en tout cas de son entourage, de son Cabinet entre 1940 et 1944. Point de départ de "Marianne", une soixantaine de courriers. Découverts dans les archives du Palais. Autant d'appels à l'aide remontant aux "années noires"...

    Un antisémitisme latent

    Pendant la guerre, nombre de citoyens juifs ont en effet écrit directement au Palais pour demander de l'aide face aux exigences allemandes de plus en plus pressantes, du port de l'étoile jaune aux convocations par les autorités allemandes et l'organisation de premiers convois "vers l'est". Des lettres qui, n'auraient trouvé que peu de soutien, d'empathie et de solutions concrètes de la Cour. Souvent, du côté du Cabinet du roi (son secrétaire le Comte Capelle, son chef de cabinet adjoint Gobert d'Aspremont Lynden), on indique qu'il n'y a rien à faire, que la marge de manoeuvre est étroite. Impuissance donc. Mais il y aurait plus : un certain état d'esprit. Hélàs courant à l'époque. Fabrice Maerten, chercheur au CEGESOMA (Centre d'Etudes "Guerres et sociétés contemporaines) : "Ce que l'on sait, c'est que Léopold III, déjà connu pour ses conceptions autoritaires de l'Etat, une certaine proximité idéologique avec l'Ordre Nouveau, n'aimait pas beaucoup les Juifs. Mais exactement comme beaucoup de ses concitoyens, essentiellement les partisans de la Droite. Il n'aimait pas en particulier les Juifs étrangers, venus de l'Est dans les dernières années avant-guerre, parce que, pour lui, ils incarnaient un danger de révolte. Il les prenait pour des personnes qui allaient propager des idées révolutionnaires en Belgique et favoriser le communisme, son grand ennemi. C'est la peur du "rouge", du communisme, une certaine forme d'antisémitisme car il liait les Juifs à la franc-maçonnerie, aux aspects les plus dangereux pour le monde catholique. Tout cela ensemble faisait qu'il était incontestablement antisémite, sans pour autant, il faut insister, vouloir l'extermination des Juifs". De quoi expliquer, mais non justifier la suite de l'Histoire...

    Appels sans réponses

    Concrètement, les appels au Roi restent sans vraie réponse. Alors qu’il n'en reste pas moins vrai qu'au même moment et dans les mêmes circonstances - les archives aussi le montrent ainsi que certaines recherches d'historiens -, le cabinet de la Reine Elisabeth, sa mère, par ailleurs présidente de la Croix-Rouge, était plus actif. "Le secrétariat du roi n'est pas beaucoup intervenu mais attention il n'a rien fait à l'encontre des Juifs non plus! Simplement il n'a pas beaucoup agi. Par contre, celui de la Reine mère Elisabeth a été plus actif, plus efficace. Là, on a des traces claires d'interventions, avec parfois une certaine efficacité, même si elle n'a pas pu sauver tout le monde forcément. Tandis que le cabinet du Roi se montrait plus passif...". Une passivité due donc tant au peu d'empathie de l'entourage du Roi envers la question juive que par la difficulté d'intervenir contre l'Occupant sur cette question. "Il y a bien un peu des deux. Il n'y avait pas de véritable volonté du côté du Roi de faire passer ce dossier au premier plan, ce n'était clairement pas la priorité".

    Un aveuglement, une passivité coupable au regard de la suite des événements. Mais forcément, en rappelant qu'alors, on ne savait pas ce qui se passait dans les camps nazis. Un aveuglement, une passivité déjà évoqués largement dans l'ouvrage de Jan Velaers et Herman van Goethem, Leopold III. De Koning, het Land, de Oorlog, paru en 1994 déjà chez Lannoo, mais malheureusement non encore traduit en français, pour le grand public.

    Un passé qui ne passe pas

    Rappelons tout de même que des Belges et des autorités, civiles ou religieuses, ont, malgré les risques, aidé à protéger et cacher les Juifs victimes de persécutions, mais avec un temps de retard côté autorités, surtout entre 1940 et 1942. Les choses ont commencé à changer à partir de l'obligation du port de l'étoile jaune qui a heurté l'opinion, et surtout à partir des rafles de l'été 42 où des enfants étaient également concernés. Un passé qui, au-delà de la personnalité de Léopold III, a toujours chez nous bien du mal à passer…

    Fabien Van Eeckhaut

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Vidéo précédente

    Société, l’attitude de Léopold III face aux lettres de juifs

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      Société, l’attitude de Léopold III face aux lettres de juifs

  • Léopold III: Roi trop passif sous l'Occupation?
    Image précédente

    Léopold III: Roi trop passif sous l'Occupation?

    Tous droits réservés
    Image suivante
    • Léopold III: Roi trop passif sous l'Occupation?

      Léopold III: Roi trop passif sous l'Occupation?

Les suggestions du jour

  • Concertation sociale en Belgique: mode d'emploi

    17 décembre 2014, 15:10

    Le Premier ministre Charles Michel réitérait mardi l’importance des négociations entre les partenaires sociaux. Mais quelle est la réelle signification de cette concertation sociale qui anime aujourd’hui tous les débats politiques ? Quels sont ses...

  • Grogne sociale dans les États membres: les conséquences politiques

    17 décembre 2014, 12:15

    On l'a vu lors des grèves tournantes consécutives de ces dernières semaines et lors de la grève générale de ce lundi, la grogne sociale est profonde en Belgique. Mais c'est le cas aussi dans d'autres pays de l’Union européenne. Bruxelles, Madrid,...

  • Un robot fait contrôler son passeport avant d'embarquer dans un avion (vidéo)

    17 décembre 2014, 11:50

    Événement plutôt inhabituel à l’aéroport de Los Angeles où un robot a présenté ses papiers avant de monter à bord d’un vol Lufthansa en partance pour Francfort. L’humanoïde a même bénéficié d’un "upgrade". Une première mondiale.

L'actualité en images

JT 19h30

mercredi 17 décembre 2014

Le 15'

mercredi 17 décembre 2014

Jean-Charles Luperto inculpé

mercredi 17 décembre 2014

Jan Jambon a rencontré les pompiers

mercredi 17 décembre 2014

Jan Jambon a rencontré les pompiers

mercredi 17 décembre 2014

Jean-Charles Luperto inculpé

mercredi 17 décembre 2014

JT en langue des signes

mercredi 17 décembre 2014

Météo 19h25

mercredi 17 décembre 2014

Toutes les vidéos de l'info

7 à la Une

Plus d'articles

Vu sur le web

Dernière Minute