Le Comité P pointe des abus en matière de primes des services de police, le SLFP s'insurge

Le Comité P pointe des abus en matière de primes des services de police, le SLFP s'insurge
Le Comité P pointe des abus en matière de primes des services de police, le SLFP s'insurge - © Tous droits réservés
Belga News

Les policiers augmenteraient leur revenu de milliers d'euros grâce aux allocations/indemnités existantes dans le secteur selon un rapport du Comité P dont le quotidien De Tijd a pu prendre connaissance. Dans ce rapport, qui se base sur l'étude de 195 zones locales de police, de grandes disparités existeraient entre les zones et même à l'intérieur d'une même zone. Des abus auraient même été constaté, ce que dément le SLFP-Police, pour qui le Comité P prouve une nouvelle fois "qu'il n'est qu'une chambre d'écho politique".

Le Comité P, qui traque les dysfonctionnements des services de police, précise dans ce rapport que certains policiers recevraient des primes auxquelles ils ne peuvent prétendre, en raison de la catégorie de personnel à laquelle ils appartiennent.

"La direction du Comité P semble une nouvelle fois se fendre d'une communication externe hors de tout contexte explicatif", critique le SLFP dans un communiqué. "Nos policiers ne perçoivent que le juste remboursement de leurs frais de fonctionnement ou la juste compensation des inconvénients liés au métier difficile de policier sur le terrain. De plus, il existe un dispositif qui interdit le cumul".

Un policier local gagne un cinquième de son salaire via ce système d'allocations/indemnités selon le Comité P qui avance encore le chiffre, pour 2010, de 89 millions d'euros de primes pour l'ensemble de la police locale en Belgique.

Le SLFP-Police précise, de son côté, que les différences entre membres du personnel s'expliquent essentiellement par les différences de fonction. Un policier travaillant tout le temps dans un bureau ne peut prétendre aux mêmes allocations perçues par son collègue en service 'Intervention'.

Enfin, le syndicat s'étonne de la concordance entre la sortie du rapport et la volonté affichée par la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, de remettre le dossier 'traitement fonctionnel' sur la table.


Belga