Paul Magnette président du PS, Jean-Pascal Labille le remplacera au Fédéral

Paul Magnette sera-t-il président du parti socialiste dès ce jeudi soir?
3 images
Paul Magnette sera-t-il président du parti socialiste dès ce jeudi soir? - © Belga
Rédaction RTBF

L'information a été confirmée aux alentours de 21h. En plus de son poste de bourgmestre de Charleroi, Paul Magnette endosse la fonction de président de parti du PS. Jean-Pascal Labille est lui nommé ministre des Entreprises publiques et de la Coopération au Développement, chargé des grandes villes.

Il aura fallu attendre 21h pour avoir la confirmation du remplacement de Thierry Giet par Paul Magnette à la tête du parti socialiste, un poste qu'il occupait à titre intérimaire depuis le 6 décembre 2011. Une décision actée à l'unanimité ce jeudi soir lors d'un Bureau extraordinaire du parti socialiste.

Paul Magnette a accepté le défi, qu'il ne juge pas incompatible avec la charge de bourgmestre qui l'attend à Charleroi. Il s'agit de missions "complémentaires", a-t-il jugé, estimant que l'échelon communal constituait un excellent "observatoire" de la vie citoyenne. Il sera d'ailleurs à Charleroi dès ce vendredi, a-t-il annoncé.

Jean-Pascal Labille, qui reprend la majorité de son portefeuille au Fédéral, devait prêter serment ce jeudi soir au Belvédère. Quant à Philippe Courard, Secrétaire d'Etat aux Affaires sociales, aux Familles et aux Personnes handicapées, chargé des Risques professionnels, est chargé en outre de la Politique scientifique, adjoint à Laurette Onkelinx, Vice-Première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique.

Thierry Giet, lui, reste chef de groupe socialiste à la Chambre et premier échevin à Sprimont.

Un jeu de chaises musicales qui verra Charles Picqué quitter son poste de ministre-président de la Région bruxelloise et être lui-même remplacé par Rudi Vervoort à cette fonction.

Depuis ce jeudi midi, on savait déjà que la ministre fédérale Laurette Onkelinx allait remplacer Rudi Vervoort à la tête de la fédération bruxelloise du parti socialiste dès le mois de mai. La passation de pouvoir adviendra lors des fêtes de l'Iris les 4 et 5 mai prochains. Il s'agit pour l'actuelle Vice-Première ministre et ministre des Affaires sociales, de lancer au plus tôt la fédération socialiste de la capitale dans la campagne pour les élections fédérales et régionales de 2014.

A ce sujet, une source souligne anonymement qu'il ne s'agit pas là d'une simple réaction à la nomination de Didier Reynders à la tête du MR bruxellois mais bien d'une décision logique qui s'appuie notamment sur le fait que la ministre est perçue comme la "vraie" patronne des socialistes à Bruxelles.

Qui est Jean-Pascal Labille ?

Agé de 51 ans, Jean-Pascal Labille a fait son chemin dans le sérail socialiste jusqu'à accéder au secrétariat général des Mutualités socialistes. Il détient de nombreux mandats : administrateur de la Société régionale d'Investissement de Wallonie (SRIW, l'un des trois outils financiers de la Région wallonne), de la société d'assurances P&V, président de Wallimage, etc. Il a également présidé le comité de gestion du Forem et collaboré durant dix ans au cabinet de révisorat de l'ancien ministre Michel Daerden, un Liégeois comme lui.

Jean-Pascal Labille est considéré comme étant proche d'un autre Liégeois, Jean-Claude Marcourt, vice-président du gouvernement wallon dont l'influence au sein du PS semble croître. Les deux hommes ont d'ailleurs suivi des parcours qui se ressemblent.

Adoubé par Guy Mathot, Jean-Claude Marcourt a un long passé de chef de cabinet, dont plusieurs années au service de la vice-Première ministre Laurette Onkelinx, et a été désigné ministre de l'Economie alors qu'il n'avait jamais été élu et était inconnu du grand public.

Quand il a été question l'an passé d'un groupe "W", groupe informel de réflexion de tendance régionaliste constitué autour de Jean-Claude Marcourt, le nom de Jean-Pascal Labille est également revenu à côté de celui du secrétaire général de la FGTB wallonne, Thierry Bodson, ou du recteur de l'Université de Liège (ULg), Bernard Rentier.

 

RTBF et Belga

En savoir +

PS