Aller directement au contenu principal

Bellens égratigne l'Etat, il s'en expliquera vendredi au ministre Labille

BELGIQUE | Mis à jour le jeudi 7 novembre 2013 à 18h04

  • Invité ce jeudi matin à un petit-déjeuner débat du B19 Country Club, un nouveau cercle d'affaires ucclois, l'administrateur délégué de Belgacom, Didier Bellens, s'est montré particulièrement en verve, n'hésitant pas à critiquer le gouvernement, ont rapporté L'Echo et Trends/Tendances sur leur site internet. Il a été convoqué ce vendredi par le ministre de tutelle, Jean-Pascal Labille, en présence de Stefaan De Clerck, président du conseil d'administration de Belgacom.

    Dans son allocution, Didier Bellens a égratigné l'Etat belge, l'intercommunale Tecteo, les parlementaires ou encore la loi Télécom.

    Interrogé sur les différents types d'actionnaires avec lesquels il a été amené à collaborer au fil des années, Didier Bellens n'a pas hésité à qualifier l'Etat de pire partenaire à gérer.

    "Chaque ministre a ses envies. L'un me parle du portefeuille du consommateur, l'autre de l'état des finances publiques, le troisième de la santé du citoyen qu'il veut protéger mais uniquement à Bruxelles. Moi, tout cela, j'en touche un mot au Premier ministre. Il comprend que c'est difficile mais me répond qu'il a d'autres problèmes", a déclaré Didier Bellens, cité par L'Echo. Et le patron de Belgacom d'indiquer que le Premier ministre, Elio Di Rupo, l'appelle seulement lorsque la fin d'année approche pour demander ce qu'il en est du dividende de Belgacom. "Un peu comme un petit enfant qui vient chercher sa Saint-Nicolas".

    Tecteo

    Didier Bellens a également abordé le dossier du rachat des journaux L'Avenir par l'intercommunale Tecteo, jugeant anormal "que le consommateur wallon d'électricité subsidie une structure qui encaisse des pertes récurrentes".

    Le patron de Belgacom a aussi évoqué la question de la régulation -notamment la nouvelle loi Télécom- qui déstabiliserait certains concurrents de l'opérateur public. "Moi, je tiens le coup car je vends de la télévision et des services fixes. Mais quand je vois comment Mobistar et Base se sont affaiblis, je me dis que je vais me retrouver bientôt, seul, à lutter face à Telenet. Franchement, si on m'avait un jour dit que le politique tuerait toute forme de concurrence, je ne l'aurais pas cru".

    Conflit d'intérêt

    Didier Bellens est par ailleurs revenu sur le dossier de mise en vente d'un immeuble de Belgacom dans lequel le CEO, également administrateur d'une société immobilière, a été soupçonné de conflit d'intérêts. Didier Bellens a récemment été entendu à la Chambre dans ce dossier. "On veut chercher des problèmes là où il n'y en a pas. A partir du moment où l'immeuble n'a pas encore été vendu, il n'y a pas de conflit d'intérêts", a-t-il dit, fidèle à sa ligne de défense. "On peut comprendre que nos parlementaires ne sont pas juristes, mais ils s'aventurent sur un terrain dangereux", a-t-il ironisé, cité par Trends/Tendances.

    Les provocations de Didier Bellens

    Bellens égratigne l'Etat, il s'en expliquera vendredi au ministre Labille

    Bellens égratigne l'Etat, il s'en expliquera vendredi au ministre Labille - © Tous droits réservés

    Le patron de Belgacom, qui se dit "incontestablement" visé par la presse et les politiques, estime enfin qu'il "y a peut-être une chasse à l'homme" à son encontre.

    Belgacom accusé d'espionner hommes politiques et journalistes

    Ces propos s'ajoutent à une nouvelle controverse née jeudi matin à la suite d'accusations lancées dans la presse flamande par le député Roel Deseyn (CD&V). Le parlementaire a affirmé que l'opérateur téléphonique fouinait dans les boîtes de courrier électronique d'hommes politiques et de journalistes trop critiques.

    Interrogé par Sabine Lahaye-Batteu (Open Vld), Jean-Pascal Labille a indiqué qu'il prenait ces déclarations au sérieux parce qu'elles mettent en péril la confiance que les utilisateurs peuvent avoir dans la sécurité et la confidentialité du réseau.

    S'il y a des preuves de telles pratiques, elles doivent être immédiatement communiquées à la justice, a insisté le ministre.

    Informé de ces accusations, le ministre a également pris contact avec Belgacom qui a nié catégoriquement de telles pratiques et s'est dit prêt à coopérer à une éventuelle instruction judiciaire.

    Si de telles accusations sont en revanche non fondées, elles sont "inacceptables", a-t-il précisé.

    Jean-Pascal Labille a dit par ailleurs sa confiance dans la collaboration avec Stefaan De Clerck pour améliorer la gestion de l'entreprise publique.

    "Lui et moi allons collaborer pour améliorer la gestion de l'entreprise afin qu'elle puisse à nouveau se concentrer sur ses défis opérationnels et stratégiques. Je pense que la fin de la récréation n'est pas loin".

    Peu après ces déclarations, Didier Bellens était convoqué vendredi matin chez le ministre.

    Belga

    Voir

    Derniers commentaires

    • de Michel Claude Didier Bellens est un excellent patron et un grand stratège. Voyez simplement comment les parts de marchés des concurrents de Belgacom ont diminués, et voyez le milliard d'euro que Belgacom rapporte à l'état Belge chaque années. Il n'y a rien à dire, il fait extremement bien son boulot de CEO. Cette réaction est peut etre simplement due au fait qu'il n'arrete pas d'etre attaqué par les politiques de toutes parts avec des affaires qui n'en sont pas. Quelqu'un 'veut sa peau', il suffit de relire la presse au sujet de toutes les affaires dont il a été accusé et qui n'étaient que du vent.

      08-11-2013 12:01 | Répondre

    • de jo et si il avait raison que l'Etat belge est un piètre actionnaire????

      08-11-2013 07:33 | Répondre

    • de MacLeon Il a raison de parler de Saint Nicolas. Pour lui, ça l'est chaque 1er du mois et le gros lot pour les fêtes de fin d'année.

      08-11-2013 04:29 | Répondre

    • de septik La seule place qui convient à ce genre de type, c'est "dehors"...!

      07-11-2013 23:09 | Répondre

    • de Bruxelles aux Bruxellois Comme ça Belgacom ne fera plus de bénéfice et l'état viendra encore plus dans votre poche....

      08-11-2013 10:15 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Vidéo précédente

    Les provocations de Didier Bellens

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      Les provocations de Didier Bellens

  • L'Etat belge, le "pire actionnaire" avec lequel Didier Bellens a traité
    Image précédente

    L'Etat belge, le "pire actionnaire" avec lequel Didier Bellens a traité

    Tous droits réservés
    Image suivante
    • L'Etat belge, le "pire actionnaire" avec lequel Didier Bellens a traité

      L'Etat belge, le "pire actionnaire" avec lequel Didier Bellens a traité

    • Bellens égratigne l'Etat, il s'en expliquera vendredi au ministre Labille

      Bellens égratigne l'Etat, il s'en expliquera vendredi au ministre Labille

    • de Michel Claude Didier Bellens est un excellent patron et un grand stratège. Voyez simplement comment les parts de marchés des concurrents de Belgacom ont diminués, et voyez le milliard d'euro que Belgacom rapporte à l'état Belge chaque années. Il n'y a rien à dire, il fait extremement bien son boulot de CEO. Cette réaction est peut etre simplement due au fait qu'il n'arrete pas d'etre attaqué par les politiques de toutes parts avec des affaires qui n'en sont pas. Quelqu'un 'veut sa peau', il suffit de relire la presse au sujet de toutes les affaires dont il a été accusé et qui n'étaient que du vent.

      08-11-2013 12:01 | Répondre

    • de jo et si il avait raison que l'Etat belge est un piètre actionnaire????

      08-11-2013 07:33 | Répondre

    • de MacLeon Il a raison de parler de Saint Nicolas. Pour lui, ça l'est chaque 1er du mois et le gros lot pour les fêtes de fin d'année.

      08-11-2013 04:29 | Répondre

    • de septik La seule place qui convient à ce genre de type, c'est "dehors"...!

      07-11-2013 23:09 | Répondre

    • de Bruxelles aux Bruxellois Comme ça Belgacom ne fera plus de bénéfice et l'état viendra encore plus dans votre poche....

      08-11-2013 10:15 | Répondre

    • de guy cabaraux Mr BELLENS ose se rebeller en critiquant le gouvernement et plus particulièrement le Premier . Quel crime de lèse-majesté . Mr BELLENS dit peut-être la vérité allez savoir . En tout cas cela dérange et le voilà convoqué pour une mise au point ou pour éventuellement recevoir son C4 . Encore un beau combat judiciaire qui se profile en perspective avec à la clé de belles indemnités de licenciement .

      07-11-2013 21:45 | Répondre

    • de Sinndho 1. Qui a accepté les conditions salariales de M. Bellens ? Quelles sont les signatures qui se trouvent au bas de son contrat d'engagement ? Quels étaient les ministres de tutelle qui ont accepté cela les yeux fermés ? 2. M. Bellens est un très bon gestionnaire : réussir à transformer un mastodonte préhistorique et inefficace comme la R.T.T. (qui se souvient du temps où il était normal d'attendre 6 semaines pour qu'on vous fasse l'honneur de vous octroyer un raccordement téléphonique ?) en une entreprise dynamique, performante et qui réalise des bénéfices, il fallait le faire. Evidemment, bonne gestion passe mal au P.S. qui préfère les magouilles des copains, style Tecteo qui gaspille l'argent des contribuables pour un service extrêmement médiocre.

      07-11-2013 19:49 | Répondre

    • de Andre Je ne l'apprécie pas du tout..... mais là, il faut reconnaître qu'il n'a pas tort.

      07-11-2013 19:12 | Répondre

    • de chris Et si je dis, moi je veux le tuer. Est ce que partir du moment où il n'est pas encore mort, il n'y a pas de menaces de mort. Il manque pas d'air quand même ce type là.

      07-11-2013 18:45 | Répondre

    • de RS Monsieur DB, certains enfants attendent leur Saint Nicolas, d'autres n'attendent rien, parce qu'ils sont trop gâtés ... Les actionnaires, les travailleurs et les clients de Belgacom sont-ils aussi trop gâtés ? Une partie de la rémunération discutée apparament plantureuse, ne pourrait-elle pas gâter un peu plus de monde (avec nouveaux engagements) de cette entreprise avec un quasi-monopole ?

      07-11-2013 18:25 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

L'actualité en images

Santé: l'hypnose comme remède

mercredi 26 novembre 2014

Londres capitale de la finance

mercredi 26 novembre 2014

Déjeuner Roi

mercredi 26 novembre 2014

Enfants de Palestine et internet

mercredi 26 novembre 2014

Suites Ferguson

mercredi 26 novembre 2014

Vol chez Cartier et prise d'otage

mercredi 26 novembre 2014

IN

mercredi 26 novembre 2014

JT en langue des signes

mercredi 26 novembre 2014

Météo 19h25

mercredi 26 novembre 2014

On n'est pas des pigeons

mercredi 26 novembre 2014

Toutes les vidéos de l'info

7 à la Une

Plus d'articles

Vu sur le web

Dernière Minute