Bourgeois: "Je n'exporterais pas d'armes à feu pour l'instant vers l'Arabie Saoudite"

Si on lui en faisait la demande, le Ministre Président flamand refuserait une licence d'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
Si on lui en faisait la demande, le Ministre Président flamand refuserait une licence d'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite. - © JASPER JACOBS - BELGA

Dans une interview donnée à la RTBF, le ministre-président flamand estime qu'il n'est pas opportun d'exporter des armes à l'Arabie Saoudite dans le contexte actuel. "Le contexte a changé. Il y a le conflit au Yémen, les exécutions récentes. Pour des armes à feu je ne donnerais pas d'autorisation pour le moment, c'est très clair."

Le commerce d'armes et de matériel militaire est une compétence régionale depuis 2003. La Wallonie a exporté en 2014 pour près de 400 millions d'euros d'armes à l'Arabie Saoudite. "Je ne veux pas me mettre à la place de mes collègues wallons", a commenté Geert Bourgeois. Tout en ajoutant: "S'il y a possibilité que les armes peuvent servir à une répression interne, je refuse."

Geert Bourgeois (N-VA) ne plaide pas pour un embargo des armes vers l'Arabie Saoudite. Il plaide pour une décision au cas par cas, en fonction de la nature du matériel exporté.

La Flandre n'a reçu aucune demande d'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite en 2015.

En revanche, la Flandre a refusé une demande d'autorisation d'exportation de véhicules blindés vers ce pays en 2014. Mais elle a autorisé l'exportation de vêtements de protection contre des attaques chimiques ou bactériologiques la même année.

Des investissements saoudiens au port d'Anvers

Au cours de l'interview, Geert Bourgeois a également réagi aux critiques émises par l'opposition flamande sur un important investissement saoudien au port d'Anvers.

Il s'agit d'un investissement de près de 3,7 milliards dans une unité de traitement de déchets chimiques. L'investissement serait réalisé par l'entreprise saoudienne ERS.

Pour les écologistes de Groen, la N-VA et le PS se rejoignent sur la question des relations commerciales avec l'Arabie Saoudite. Selon Groen, Paul Magnette vend des armes tandis que Bart De Wever accueille un investissement saoudien à bras ouvert. "Il est frappant de voir les critiques de la N-VA à l'égard du régime saoudien. La force du changement s'arrête à la vue des pétrodollars saoudiens", a déclaré Groen dans un communiqué.

Pour Geert Bourgeois, il n'y a pas de raisons de refuser de tels investissements. "Ces investissements ne dépendent pas du régime saoudien. C'est un investissement d'une entreprise privée. Si elle se soumet aux lois de chez nous, alors il faut considérer cela comme un investissement comme un autre. Je serais très heureux si cet investissement se réalise", a poursuivi Geert Bourgeois. "Cela représente 900 emplois."


La Belgique en vidéos et en sons