Le jeune Afghan Parwais Sangari a été expulsé malgré les protestations

De Block veut pouvoir expulser les jeunes demandeurs d'asile plus rapidement
De Block veut pouvoir expulser les jeunes demandeurs d'asile plus rapidement - © Belga

Les actions menées, ce lundi matin par une dizaine de personnes, devant le cabinet de la secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Maggie De Block, et à Zaventem, n'auront servi à rien. Le jeune Afghan, Parwais Sangari, a quitté le territoire belge en matinée à bord d'un avion à destination d'Amsterdam, aux Pays-Bas. Il prendra ensuite un autre vol pour rejoindre sa destination finale, Kaboul, en Afghanistan.

Le départ de Parwais Sangari s'est déroulé sans incident, a-t-on appris auprès de l'Office des Étrangers.

L'histoire de ce jeune Afghan de 20 ans avait été largement médiatisée en Flandre. Il était arrivé en Belgique il y a quatre ans (en 2008), après l'assassinat de son père. Il avait appris le néerlandais, suivait une formation professionnelle et avait trouvé une famille prête à l'accueillir. Mais il n'a pas obtenu le statut de réfugié et tous les recours sont désormais épuisés.

Des actions ont été organisées lundi matin, devant le cabinet de la secrétaire d'État Maggie De Block et à Brussels Airport, pour protester contre cette expulsion. L'avocate et la famille d'accueil du jeune homme affirment que la vie de celui-ci sera en danger lorsqu'il sera de retour en Afghanistan.

Un des participants à ces manifestations nous confiait ce lundi matin qu'il gardait pourtant confiance : "On est ici pour faire appel à Maggie de Block en dernière instance pour éviter l'extradition de Parwais Sangari. C'est quelqu'un qui est venu ici en Belgique quand il avait 17 ans. Aujourd'hui, on veut l'extrader vers l'Afghanistan et il a peur pour sa vie là-bas. Ce matin, à partir de 4h20, on a fait des actions à Zaventem aussi. On a parlé avec tous les passagers du vol, on leur a demandé de se lever et de dire qu'ils ne sont pas d'accord avec cette expulsion. Et donc, on espère qu'ils vont le faire pour que l'on puisse gagner un peu plus de temps pour trouver une vraie solution".

Mais la secrétaire d'Etat, Maggie De Block (Open Vld), en a décidé autrement. Elle n'a fait aucune exception pour le jeune Afghan, alors qu'elle en avait fait une auparavant, par exemple, pour le Camerounais Scott Manyo (19 ans).

Expulser plus vite les mineurs d'âge ?

Parallèlement, la secrétaire d'État à l'Asile et la Migration souhaite pouvoir expulser les jeunes demandeurs d'asile, qui ne satisfont pas aux critères de reconnaissance du statut de réfugié, plus rapidement qu'actuellement, a-t-elle déclaré dans De Standaard.

Maggie De Block souhaite se joindre au Royaume-Uni, à la Norvège, à la Suède et aux Pays-Bas qui disposent d'un programme qui permet notamment l'expulsion des demandeurs d'asile de 16 et 17 ans. Ce projet, baptisé European Return Platform for Unaccompanied Minors (Erpum) et soutenu financièrement par la Commission européenne, permet en effet d'expulser plus rapidement les jeunes Afghans dont les demandes d'asile ne sont pas admissibles.

L'Unicef et le Conseil européen pour les réfugiés (CERE) sont très critiques par rapport à ce projet. Maud Dominicy, chargée des questions concernant les droits de l'enfant au sein de l'Unicef, répondra à vos questions dès 12h00.

 

RTBF et Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

La Belgique en vidéos et en sons