Budget: les pompiers libèrent les routes, Joëlle Milquet promet de nouveaux moyens

Lees pompiers mettent la pression sur les ministres réunis en kern
Lees pompiers mettent la pression sur les ministres réunis en kern - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA
Belga News

Retour au calme dans le centre de Bruxelles, après la manifestation des pompiers hier, lundi. Les hommes du feu ont bloqué la circulation pendant plusieurs heures, aspergé les routes de mousse, brûlé des pneus. Ils voulaient se faire entendre auprès du gouvernement et visiblement ça a fonctionné. Les pompiers suspendent leurs actions. Et visiblement, ca a marché

Lundi après-midi, une trentaine de camions de pompiers ont bloqué les rues Belliard, du Trône et de la Loi et ont ceinturé le Lambermont, où étaient réunis les ministres en kern budgétaire. Ils manifestaient leur mécontentement face à l'absence de projet de financement pour les services d'incendie. La circulation a été extrêmement compliquée tout l'après-midi jusqu'en début de soirée.

"On nous mène en bateau depuis des années, et maintenant ça devient inacceptable", soulignait, hier, Marc Gilbert. Les pompiers devraient désormais respecter l'arrêté royal de 2012 "et ne partir que quand nous serons dix pour une intervention. Si pas, tant pis", poursuit le président de la fédération des pompiers. "Nous en sommes au même stade qu'en 2004, après la catastrophe de Ghislenghien, sauf que maintenant nous avons encore plus de missions".

Marc Gilbert a rencontré la ministre de l'Intérieur

Visiblement la colère des hommes du feu a été entendue. Peu après 23 heures, le patron des pompiers de Belgique, Marc Gilbert, est sorti du cabinet de Joëlle Milquet :

"Les nouvelles sont rassurantes et positives en ce qui nous concerne. On nous a promis que nous aurons des moyens, je ne dis pas que ce sont tous les moyens que nous avons demandés. Nous aurons des moyens pour mettre en oeuvre la réforme, pour la débuter et pour la continuer par la suite".

Pas encore de chiffres à ce stade. Le gouvernement donnera plus de détails ce mercredi. Une déclaration attendue de pied ferme par les hommes du feu.

"Si les promesses n'étaient pas tenues, ce que je doute fort, il est très clair que nous sommes prêts à recommencer avec des actions, au moins les mêmes et si pas plus dures", ajoute Marc Gilbert.

En attendant, la centaine de pompiers et les 30 camions présents dans la capitale ont tous rejoint leur caserne peu avant minuit, après une action de 10 heures.

Sarah Devaux

 

 

Marc Gilbert dans le JT de 13h

Pour Joëlle Milquet, "le service incendie est un secteur prioritaire"

La ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, a commenté les chiffres qu'elle a présentés aux pompiers dans le cadre du conclave budgétaire. Si pour les pompiers les propositions de refinancement faites par le gouvernement sont inacceptables, pour Joëlle Milquet, il s'agit quand même d'une bonne nouvelle pour le service incendie, qu'elle considère comme prioritaire.

"Pour l'année 2015, on avait déjà pu dégager un budget de 29 millions d'euros. Pour 2014, on a 3 millions d'euros, assortis d'un montant supplémentaire que l'on doit encore négocier au conclave", a précisé la ministre de l'Intérieur.

Ce montant devrait se situer entre 10 et 15 millions d'euros, mais le conclave ne les a pas encore négociés. "Dans un contexte économique difficile, le secteur des pompiers reste prioritaire et indispensable", a affirmé Joëlle Milquet.

Le budget supplémentaire alloué aux pompiers pour 2013 était de 9 millions d'euros. "Ce qui représente 40% de leur dotation", précise la ministre. Sur l'exercice 2011-2015, ce sont près de 80 millions d'euros supplémentaires qui devraient être alloués aux pompiers, qui demandent davantage de moyens humains et matériels.

Pour un vrai refinancement des corps de pompiers

Dimanche, les hommes du feu avaient déjà rejoint Bruxelles, mais ils étaient arrivés trop tard pour rencontrer les ministres, qui avaient déjà mis fin à leur réunion en comité ministériel restreint.

Les ministres tentent de s'accorder sur le budget 2014 et sur des mesures de relance de l'économie. L'absence de confirmation d'un vrai refinancement des corps de pompiers est la cause de ce mécontentement.

75 millions supplémentaires étaient espérés alors que les hommes du feu vieillissent et que les casernes se vident de volontaires. Une idée avait été esquissée : faire contribuer les assureurs. Mais la piste semble bloquée au gouvernement.

RTBF avec Belga


Publicité