Comment y voir plus clair entre Publifin et Nethys? Explications

Publifin ou Nethys, ces structures financières au cœur d’un scandale devenu politique, sont aussi des structures qui produisent de l'électricité ou distribuent les chaines de télévision. Coup de projecteur pour mieux comprendre.

Publifin, l’une des intercommunales les plus puissantes du pays, est abritée dans un immeuble bardés d’échafaudages à Liège. De loin, l'image ne fait pas apparaître un chiffre d’affaires de plus de 759 millions d’euros.

Publifin, c'est quoi ?

Il s’agit d’un holding financier public détenu en majorité par la Province de Liège. Le reste est partagé par 75 communes (38% du capital), suivi loin derrière par la Région wallonne (0,4%).

En fait, Publifin est une intercommunale pluri-régionale, qui de la sorte échappe au contrôle de son pouvoir de tutelle. Cet holding public ne posséderait qu'une filiale majeure nommée "Finanpart". 

C’est Finanpart qui possède Nethys, entreprise privée à multi-facette dont le patron n'est autre que Stéphane Moreau, également mandataire politique PS. 

Une structure complexe

Publifin, organisme public, n'est pas exactement l'égal de Nethys, société privée. La frontière est floue entre les deux et les personnages s'entre-mêlent. L'enjeu aujourd'hui est de faire la lumière sur cette structure complexe, comme le réclame le cdH de Verviers qui ne souhaite plus être représenté chez Publifin.

Dans ce scandale, un élément a son importance: c'est au sein de l'intercommunale, donc Publifin, que ce scandale a éclaté avec l'existence de 4 comités de secteurs.

En 3 ans, l'intercommunale a déboursé plus de 2,5 millions d'euros pour rémunérer 31 mandataires. Ceux-ci n'étaient pas obligés d'assister aux réunions.

Face aux critiques, les administrateurs de Nethys, société privé, ne sont pas contents. Ils rappellent qu’ils emploient 3000 personnes et craignent que cette polémique ait une influence sur leurs affaires.

Qui est le vrai patron ?

En réalité, il y en a deux patrons. Stéphane Moreau, administrateur délégué de Nethys et bourgmestre de Ans.

Puis il y a son binôme qui est André Gilles, député provincial-président à Liège et également président de Nethys et Publifin.

"Ils sont les deux faces d'une même pièce" juge David Leloup, journaliste qui a révélé cette affaire. "Depuis 2005, ils ont noué un pacte ensemble pour diriger cette structure main dans la main" poursuit-il.

Nethys et Publifin sont donc les deux faces d'une même structure complexe, qui pèse énormément d'argent. Toutes deux au cœur d'un scandale qui n’en finit pas de faire des remous.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

La Belgique en vidéos et en sons