Aller directement au contenu principal

Comment créer le buzz en abusant de l'image de la famille royale

BELGIQUE | Mis à jour le lundi 16 septembre 2013 à 19h41

  • Les responsables du marketing d'une agence de rencontres libertines ont bien compris comment utiliser les médias (et le Palais) pour s'offrir gratuitement de la visibilité. Le Roi n'a pas apprécié.

    Le Palais royal demande la cessation immédiate de la campagne publicitaire d'un site de rencontres adultérines, pour usage non autorisé de l'image de la famille royale. Dans le cadre de cette campagne d'affichage sur véhicules, on voit le roi Albert étreindre son fils le roi Philippe, lors de la prestation de serment, tout en lui adressant ces mots : "Un bon conseil mon fils, sois toujours discret".

    "J'ai contacté le responsable presse de cette société pour lui demander la cessation immédiate de leur campagne car ils utilisent abusivement une image de la famille royale, et lui ai indiqué que je rendrai cette information publique", explique Pierre-Emmanuel De Bauw, directeur de la communication du Palais, ajoutant ne pas encore avoir entrepris d'action en justice. L'usage commercial de telles images est en effet soumis à autorisation préalable. "Rares sont les cas où une telle demande n'est pas faite", affirme-t-il.
     
    Priorité : la discrétion
     
    Dans son communiqué de presse, l'agence incriminée entendait ainsi "braquer les projecteurs sur une de ses principales valeurs : la discrétion. L’entreprise attache en effet beaucoup d’importance à l’élégance, la vie privée et la discrétion. Avec une campagne d’affichage à Bruxelles". C'est donc avec cette élégance que l'agence dit "lancer un clin d’œil à la succession royale et fait ainsi savoir qu’elle garantit une discrétion maximale à tous ses membres".
     
    Il était prévu que le panneau d’affichage mobile soit visible dans les rues bruxelloises, près des sites touristiques de Bruxelles et le matin au Palais. La réaction du Palais et des médias va probablement compromettre la diffusion de l'affiche, mais rencontrer complètement l'objectif réellement poursuivi, et à un moindre coût : créer le buzz et augmenter la notoriété.
     
    Se présentant comme un réseau social "pour les hommes et les femmes à la recherche d’une aventure", l'agence assure compter "plus de 3 millions de membres dans plus de 21 pays, dont 280.000 aux Pays-Bas."
     
    A revoir (ci-contre) : l'enquête de "Questions à la une" sur le business de l'infidélité et le modèle économique des sites de rencontres.

    Patrick Bartholomé

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
    1000 caractères max
    Veuillez remplir le champ "Code de sécurité" en respectant les majuscules, minuscules ou les espaces.
  • Vidéo précédente

    Questions à la une: L'infidélité : business - Détectives : les limites

    L'infidélité: un business comme un autre? L'infidélité, sujet tabou par excellence, est au coeur de cette nouvelle enquête de Questions à la une. L'adultère a prospéré, aussi tôt que la monogamie a été instaurée dans nos sociétés. Mais un phénomène se développe de manière colossale aujourd'hui : le business de l'infidélité. Sites de rencontres extraconjugales, agences d'alibis bidons, hôtels de rendez-vous discrets... Un commerce qui brasse des fortunes à travers le monde. François Mazure est allé à la rencontre de ceux qui vivent l'infidélité et de ceux qui en vivent pour une enquête parfois touchante, souvent surprenante. Un reportage de François Mazure. Détectives : jusqu'où peuvent-ils aller? Ils sont un millier à exercer la profession de détective privé en Belgique. Une profession strictement encadrée par une loi datant de 1991, qui est en train d'être modernisée pour l'adapter à la réalité de 2013. Mais comment travaillent-ils? Et dans quels domaines? Notre enquête nous permettra de découvrir que si les détectives restent très actifs dans le domaine de l'adultère, aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises font appel à leurs services pour suivre un employé suspecté de vol ou de tromperie. Des entreprises de toute taille: de la petite PME à des mastodontes tels que Carrefour ou Belgacom, qui comptent même des détectives parmi leurs salariés. Mais c'est le secteur des assurances qui emploie le plus grand nombre de détectives privés: les trois-quarts. Pour notre reportage, des détectives ont accepté que nous les suivions. Nous avons également rencontré ceux qui engagent des détectives et ceux qui ont été "espionnés", "pistés". Une expérience très douloureuse, vécue comme une "privation de liberté", voire un "viol". Un reportage de Caroline Hick
    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      Questions à la une: L'infidélité : business - Détectives : les limites

      L'infidélité: un business comme un autre? L'infidélité, sujet tabou par excellence, est au coeur de cette nouvelle enquête de Questions à la une. L'adultère a prospéré, aussi tôt que la monogamie a été instaurée dans nos sociétés. Mais un phénomène se développe de manière colossale aujourd'hui : le business de l'infidélité. Sites de rencontres extraconjugales, agences d'alibis bidons, hôtels de rendez-vous discrets... Un commerce qui brasse des fortunes à travers le monde. François Mazure est allé à la rencontre de ceux qui vivent l'infidélité et de ceux qui en vivent pour une enquête parfois touchante, souvent surprenante. Un reportage de François Mazure. Détectives : jusqu'où peuvent-ils aller? Ils sont un millier à exercer la profession de détective privé en Belgique. Une profession strictement encadrée par une loi datant de 1991, qui est en train d'être modernisée pour l'adapter à la réalité de 2013. Mais comment travaillent-ils? Et dans quels domaines? Notre enquête nous permettra de découvrir que si les détectives restent très actifs dans le domaine de l'adultère, aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises font appel à leurs services pour suivre un employé suspecté de vol ou de tromperie. Des entreprises de toute taille: de la petite PME à des mastodontes tels que Carrefour ou Belgacom, qui comptent même des détectives parmi leurs salariés. Mais c'est le secteur des assurances qui emploie le plus grand nombre de détectives privés: les trois-quarts. Pour notre reportage, des détectives ont accepté que nous les suivions. Nous avons également rencontré ceux qui engagent des détectives et ceux qui ont été "espionnés", "pistés". Une expérience très douloureuse, vécue comme une "privation de liberté", voire un "viol". Un reportage de Caroline Hick

  • Beau coup de pub pour ce site de rencontres
    Image précédente

    Beau coup de pub pour ce site de rencontres

    Emily Rachel Hildebrand
    Image suivante
    • Beau coup de pub pour ce site de rencontres

      Beau coup de pub pour ce site de rencontres

Les suggestions du jour

L'actualité en images

Procès Deroubaix / Colinet

mardi 29 juillet 2014

Propagation du virus Ebola

mardi 29 juillet 2014

Les comptes dormants

mardi 29 juillet 2014

Procès Deroubaix / Colinet

mardi 29 juillet 2014

Toutes les vidéos de l'info

Belgique

Vu sur le web

Dernière Minute