Aller directement au contenu principal

Choix du nom de l'enfant: projet loi approuvé en conseil des ministres

BELGIQUE | Mis à jour le vendredi 19 juillet 2013 à 18h03

  • Le conseil des ministres a approuvé vendredi le projet de loi selon lequel les parents disposeront à l'avenir du choix de donner à leurs enfants le nom du père, celui de la mère, ou leurs deux noms de famille dans l'ordre qu'ils souhaitent. Le Conseil des ministres a également approuvé en première lecture un avant-projet de loi visant à mieux encadrer l'information de la police et mieux protéger le citoyen qui en fait l'objet.

    Le texte précise que si les parents n'établissent pas de choix ou s'ils ne parviennent pas à s'accorder, le système actuel obligeant l'enregistrement sous le nom du père s'imposera. Par ailleurs, les enfants d'une même fratrie devront toujours avoir le même nom de famille.

    Enfin, le projet de loi ne sera pas rétroactif. En avançant sur cette question, la Belgique rompt avec une tradition vieille de 800 ans et régularise sa situation après avoir été rappelée à l'ordre par l'Europe pour discrimination. En laissant un libre choix le plus large possible, la Belgique rejoint d'autres pays comme le Luxembourg, la Grèce et la France qui ont des législations comparables. Aux Pays-Bas, en Autriche et en Allemagne, le choix existe mais il exclut le double nom. Au Portugal et en Espagne, le double nom est obligatoire. Au Portugal, le choix de l'ordre des noms de famille (d'abord la mère ou d'abor le père) est offert. En Espagne, on inscrit d'abord la première partie du nom du père puis la première partie du nom de la mère. Enfin, au Royaume-Uni et en Irlande, le libre choix est autorisé en vertu de la "Common Law" mais, traditionnellement, l'enfant porte presque toujours le seul nom du père. La modification qui intervient en Belgique devrait élargir le registre d'état civil et permettre à un certain nombre de noms de famille menacés de disparition d'y être conservés. En revanche, pour les amateurs de généalogie, le travail s'avérera plus compliqué.

    Le gouvernement décide d'un meilleur encadrement de l'information policière

    Il s'agit notamment de proposer ou améliorer les règles et délais de conservation dans les banques de données existantes.

    D'autre part, le nouveau cadre en projet vise à améliorer le droit du citoyen, et notamment celui d'obtenir des rectifications en fonction de l'évolution de l'enquête et des décisions prises par les autorités judiciaires (personne blanchie, acquittée, données inexactes).

    L'organe de contrôle existant sera transféré vers la Commission pour la protection de la vie privée.

    Le projet, qui vise à modifier l'article 44 de la loi sur la fonction de police, a été envoyé pour avis au Conseil d'Etat, à la Commission pour la protection de la vie privée et au Collège des procureurs généraux.

    La réforme "sera présentée à la rentrée dans les détails car elle est complexe et mérite des explications fouillées", a promis la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet.

    Belga

    Voir

    Derniers commentaires

    • de Overyse Effectivement, on est toujours certain de l'identité de la mère pas de celle du père. Pourquoi donc, en cas de désaccord c'est le nom du père qui prime une fois de plus......encore un semblant d'égalité.

      27-02-2014 11:49 | Répondre

    • de Roar Justement, le nom du père c'est 'le seule lien' avec le père... C'est une confirmation que c'est le père....

      26-04-2014 17:13 | Répondre

    • de véronique Cette loi est me semble t il plus juste .Il faut reconnaître que si on est sûre de l'identité de la mère ,on ne peut jamais être certain de l'identité du père . De plus ,il n'est pas rare que suite à une séparation ,des pères ne s'occupent plus que très peu des enfants de la première union ce qui engendre chez ces enfants une réaction de rejet du nom même de leur père .

      26-02-2014 09:54 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Choix du nom de l'enfant: projet loi approuvé en conseil des ministres
    Image précédente

    Choix du nom de l'enfant: projet loi approuvé en conseil des ministres

    Tous droits réservés
    Image suivante
    • Choix du nom de l'enfant: projet loi approuvé en conseil des ministres

      Choix du nom de l'enfant: projet loi approuvé en conseil des ministres

    • de Overyse Effectivement, on est toujours certain de l'identité de la mère pas de celle du père. Pourquoi donc, en cas de désaccord c'est le nom du père qui prime une fois de plus......encore un semblant d'égalité.

      27-02-2014 11:49 | Répondre

    • de Roar Justement, le nom du père c'est 'le seule lien' avec le père... C'est une confirmation que c'est le père....

      26-04-2014 17:13 | Répondre

    • de véronique Cette loi est me semble t il plus juste .Il faut reconnaître que si on est sûre de l'identité de la mère ,on ne peut jamais être certain de l'identité du père . De plus ,il n'est pas rare que suite à une séparation ,des pères ne s'occupent plus que très peu des enfants de la première union ce qui engendre chez ces enfants une réaction de rejet du nom même de leur père .

      26-02-2014 09:54 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Une coalition pour lutter contre la cybercriminalité

    20 octobre 2014, 18:30

    Les secteurs académique, public et des entreprises se réunissent pour lancer une coalition pour la cybersécurité. Parmi les membres fondateurs : la FEB, la Solvay Brussels School Economics&Management, Proximus et le CERT (organisme fédéral en charge de...

  • A Bruxelles, les Européens trouvent un emploi plus facilement que les Belges

    20 octobre 2014, 11:46

    En Région bruxelloise, deux tiers des ressortissants européens en âge de travailler (15-64 ans) ont un emploi, alors que seule la moitié des Belges concernés est dans ce cas. Un Européen a donc plus de chances qu'un Belge sur le marché de l'emploi,...

  • Majorité sexuelle: "La société a évolué, il faut rouvrir le débat"

    20 octobre 2014, 15:55

    Le gouvernement Michel a prévu dans son accord d’harmoniser l’âge de la majorité sexuelle, qui serait dès lors fixée à 14 ans. Une idée que le délégué aux droits de l’Enfant, Bernard De Vos accueille plutôt favorablement. Ce alors que de...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute