Bientôt une meilleure entraide judiciaire entre la Belgique et le Maroc

Le Premier ministre Charles Michel a rencontré ce lundi les autorités marocaines à Rabat afin d'intensifier la coopération entre les deux pays. Il est accompagné du ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, et du secrétaire d'Etat à l'Asile, Theo Francken. Parmi les points évoqués, figure un accord sur l'accès à la base de données biométriques du Maroc.

Tout citoyen marocain doit faire enregistrer ses empreintes digitales à partir de ses 18 ans. Cette formalité intéresse au premier chef la Belgique dans ses efforts contre l'immigration illégale. Certaines personnes sans papier se font passer pour Marocain alors qu'elles ne le sont pas pour éviter une expulsion ou certains Marocains font croire qu'ils sont, par exemple, Syriens ou Irakiens pour essayer de rester en Belgique.

Actuellement, la coopération dans ce domaine est trop aléatoire aux yeux des autorités belges. Les réponses des services marocains aux demandes belges ne viennent pas ou les délais sont trop longs.

Un "mémorandum d'entente" est en voie de finalisation. Les textes sont prêts. Ils n'ont pas été signés lors de la visite de ce lundi mais devraient l'être à la fin du mois d'avril, lors d'une rencontre à Bruxelles entres ministres belges et marocains. Un délai de réponse de 45 jours sera selon toute vraisemblance d'application.


La Belgique en vidéos et en sons