Bart De Wever: "Merkel est proche de la ligne de la N-VA dans ses actes"

Bart De Wever: "Merkel est proche de la ligne de la N-VA dans ses actes"
Bart De Wever: "Merkel est proche de la ligne de la N-VA dans ses actes" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le président des nationalistes flamands, Bart De Wever, estime que la chancelière allemande est "proche de la ligne de la N-VA dans ses actes", alors qu'Angela Merkel se verra remettre jeudi un doctorat d'honneur des universités de Louvain et de Gand. "La signification de son 'Wir schaffen das' (nous y arriverons) a évolué et j'ai du respect pour cela. Avec cette évolution, Merkel s'est montrée comme un vrai leader", a-t-il estimé dans une opinion publiée sur le site de son parti.

Les deux universités flamandes récompenseront la cheffe du gouvernement allemand depuis novembre 2005 pour ses "efforts diplomatiques et politiques visant à renforcer la puissance politique de l'Europe et à défendre des valeurs qui permettent à notre continent de trouver l'unité dans la diversité". Bien qu'elles soient invitées à la cérémonie de remise du doctorat à Bruxelles, de nombreuses personnalités de la N-VA, souvent très critiques concernant la politique migratoire de Mme Merkel, devraient s'abstenir de s'y rendre. Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) sera pour sa part bien présent.

Crise de l'euro et réfugiés

Sans se prononcer sur l'ensemble de la carrière de Angela Merkel, Bart De Wever reconnaît qu'elle a déjà prouvé sa capacité à être une bonne dirigeante. Il loue notamment son approche de la crise de l'euro et sa politique socio-économique.

"Mais, son 'Wir schaffen das' reste une faute capitale. Elle a invité tout le monde - pas seulement les réfugiés syriens - en Allemagne et donc en Europe de l'Ouest. La conséquence a été un flux migratoire incontrôlable de personnes à la recherche d'une vie meilleure, ce qui est compréhensible et humain. Un flux qui était toutefois supérieur aux capacités d'absorption de différents Etats européens", selon Bart De Wever.

Ce dernier estime que la réalité a toutefois rattrapé Angela Merkel qui a "dû adapter sa politique". D'après lui, la chancelière allemande serait même dans ses actes proche de la ligne de la N-VA, qui prône la fermeture des frontières extérieures et le maintien sous contrôle des flux de réfugiés.


La Belgique en vidéos et en sons