Aller directement au contenu principal

"Aucune raison fondamentale" de ne jamais relancer Doel 3 et Tihange 2

BELGIQUE | Mis à jour le jeudi 17 janvier 2013 à 9h26

  • Pour le directeur de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire Jan Bens, il n'y a aucune raison fondamentale de ne jamais relancer les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2, dit-il à la RTBF. Il refuse d'être qualifié de "pro-nucléaire".

    L’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a demandé des informations supplémentaires à l'exploitant Electrabel avant de se prononcer en faveur d'un éventuel redémarrage des réacteurs de Tihange 2 et Doel 3. Le nouveau directeur de l’AFCN Jan Bens constate qu’"il n’y a pas d’indication qu’il y ait une raison fondamentale que ces réacteurs ne pourront plus jamais redémarrer". Après avoir réalisé ces nouveaux tests, "avec toute la connaissance réunie, si tous les résultats vont dans la même direction, je crois qu’on aura les bases pour être certain que les marges de sûreté qu’on impose sont toujours assurées" poursuit Jan Bens au micro de Bertrand Henne. A l'issue de ces nouveaux tests, l'AFCN rendra son avis, mais c'est gouvernement fédéral que reviendra la décision finale de relance de ces réacteurs.

    Il rappelle que c’est en Belgique sur le réacteur de Doel qu’on a découvert pour la première fois ces anomalies sur les cuves, puis on s’est aperçu qu’une vingtaine de cuves de réacteurs dans le monde ont été construites par la même usine : "On a immédiatement averti les régulateurs des autres pays qui ont alors fait contrôler les réacteurs provenant du même fournisseur". Mais ils n’ont pas découvert "les mêmes indications" qu’en Belgique, probablement suite à des processus différents de construction, indique-t-il.

    "Tout le monde est impliqué"

    Juste avant de quitter la tête de l’AFCN, Willy De Roovere a déclaré que le risque nucléaire n’était pas acceptable. Son successeur Jan Bens a dirigé la centrale de Doel jusqu’en 2007 avant d’occuper à Paris le poste de directeur adjoint de la World Association of Nuclear Operators (WANO), un organe chargé de veiller à la sécurité et la fiabilité des centrales nucléaires. Il refuse de se prononcer sur des décisions politiques ou stratégiques sur le nucléaire, il se focalise sur la mission de l’Agence, "c’est-à-dire de protéger les travailleurs et la population contre les effets de la radioactivité". Il refuse d’être taxé de "pro-nucléaire: j’ai aussi travaillé dans le secteur de l’énergie renouvelable et les parcs éoliens".

    Le parti Ecolo avait critiqué en novembre dernier le choix de Jan Bens comme directeur de l’AFCN, parlant de "signal catastrophique pour l'indépendance et la crédibilité de l'organe de contrôle nucléaire" et affirmant : "Le contrôlé devient le contrôleur". A ces critiques, Jan Bens répond qu’il "faut d’abord les connaissances techniques de ce dossier. Tout le monde a été impliqué". Pendant les cinq ans qu’il a passé dans la WANO, cela "lui a permis de voir la situation dans beaucoup d’autres pays et de se faire une opinion indépendante".

    Fukushima

    Quelles leçons tire-t-il de la catastrophe de Fukushima ? Pour Jan Bens, "la vraie catastrophe, c'est le tsunami qui a fait 25 000 morts".

    Dans l’état actuel des choses, le réacteur de Tihange sera prolongé de 10 ans : Jan Bens précise que "la durée de vie n’était pas limitée à 40 ans. En Belgique, on regarde tous les 10 ans l’état des réacteurs. On a vu que Tihange 1 était toujours en bon état et qu’on pouvait le prolonger, moyennant certains investissements" sans augmentation de risque.

    A.L. avec B. Henne

    À lire aussi

    Voir

    Derniers commentaires

    • de Th-z Réaction normale de ce monsieur, c'est de son gagne pain dont il est question.......

      18-01-2013 09:11 | Répondre

    • de Pascal J'aime bien la phrase: "On a immédiatement averti les régulateurs des autres pays qui ont alors fait contrôler les réacteurs provenant du même fournisseur". Mais ils n’ont pas découvert "les mêmes indications" qu’en Belgique. Pas étonnant! Quand on voit le foin que ça a fait chez nous, Ils n'ont pas envie de ça...

      17-01-2013 15:11 | Répondre

    • de HERVE Si je comprends bien, la demande de l'AFCN est d'utiliser de l'émission acoustique lors de la mise sous pression (on "écoute" et on n'envoie rien) et des ultra-sons (on envoie des signaux) par après pour voir si les anomalies ont évolué. Cela permettrait une comparaison avec les mesures de juin 2012. Cela va en tout cas prendre du temps ... et plus qu'un mois ...

      17-01-2013 13:55 | Répondre

    • de Chabian Ne retenir que les morts du tsunami au Japon, c'est comme ne retenir que les morts de l'impact de la bombe à Hiroshima, en oubliant ses radiations. C'est avouer son aveuglément. Il y a eu des fautes graves avant le tsunami, durant la gestion de la crise nucléaire et après ; il y a eu de la dissimulation aussi. Le secteur nucléaire ne reconnait jamais ses fautes, mais fait l'étonné. M. Beins ne semble pas avoir perdu cette culture de la dénégation. Ce sont sans doute les critiques des manifestants hollandais et de Greenpeace qui amènent l'AFSN à demander à Electrabel un parapluie supplémentaire ?

      17-01-2013 11:56 | Répondre

    • de Pascal Le nucléaire n'a rien de nouveau, il date des années 50. Plus de 2000 explosions nucléaires dans l'atmosphère depuis. Actuellement +/- 500 réacteurs en activité dans le monde, sans compter ceux des bateaux/sous-marins (+/- 250). 264 tonnes de combustible hautement radioactif dans la seule piscine du réacteur 4 de Fukushima. Imaginez la quantité de déchets déjà produits, ingérables, indestructibles, actifs pour des milliers d'années (leurs conteneurs ont une durée de vie de ?? quelques dizaines d'années tout au plus). Trop tard pour faire demi-tour. Impossible. Autant continuer, pour le peu de temps qu'il reste...

      17-01-2013 10:42 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Vidéo précédente

    Nucléaire : Jans Bens (AFCN) dans Matin Première - B. Henne

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      Nucléaire : Jans Bens (AFCN) dans Matin Première - B. Henne

    • Cliquez pour visionner

      Report de la réouverture de Tihange2 et Doel3

  • Jan Bans, directeur de l'AFCN
    Image précédente

    Jan Bans, directeur de l'AFCN

    RTBF
    Image suivante
    • Jan Bans, directeur de l'AFCN

      Jan Bans, directeur de l'AFCN

    • Jan Bens, directeur de l'AFCN

      Jan Bens, directeur de l'AFCN

  • Invité Matin Première 17/01/13 : J.Bens
    • Invité Matin Première 17/01/13 : J.Bens
    • de Th-z Réaction normale de ce monsieur, c'est de son gagne pain dont il est question.......

      18-01-2013 09:11 | Répondre

    • de Pascal J'aime bien la phrase: "On a immédiatement averti les régulateurs des autres pays qui ont alors fait contrôler les réacteurs provenant du même fournisseur". Mais ils n’ont pas découvert "les mêmes indications" qu’en Belgique. Pas étonnant! Quand on voit le foin que ça a fait chez nous, Ils n'ont pas envie de ça...

      17-01-2013 15:11 | Répondre

    • de HERVE Si je comprends bien, la demande de l'AFCN est d'utiliser de l'émission acoustique lors de la mise sous pression (on "écoute" et on n'envoie rien) et des ultra-sons (on envoie des signaux) par après pour voir si les anomalies ont évolué. Cela permettrait une comparaison avec les mesures de juin 2012. Cela va en tout cas prendre du temps ... et plus qu'un mois ...

      17-01-2013 13:55 | Répondre

    • de Chabian Ne retenir que les morts du tsunami au Japon, c'est comme ne retenir que les morts de l'impact de la bombe à Hiroshima, en oubliant ses radiations. C'est avouer son aveuglément. Il y a eu des fautes graves avant le tsunami, durant la gestion de la crise nucléaire et après ; il y a eu de la dissimulation aussi. Le secteur nucléaire ne reconnait jamais ses fautes, mais fait l'étonné. M. Beins ne semble pas avoir perdu cette culture de la dénégation. Ce sont sans doute les critiques des manifestants hollandais et de Greenpeace qui amènent l'AFSN à demander à Electrabel un parapluie supplémentaire ?

      17-01-2013 11:56 | Répondre

    • de Pascal Le nucléaire n'a rien de nouveau, il date des années 50. Plus de 2000 explosions nucléaires dans l'atmosphère depuis. Actuellement +/- 500 réacteurs en activité dans le monde, sans compter ceux des bateaux/sous-marins (+/- 250). 264 tonnes de combustible hautement radioactif dans la seule piscine du réacteur 4 de Fukushima. Imaginez la quantité de déchets déjà produits, ingérables, indestructibles, actifs pour des milliers d'années (leurs conteneurs ont une durée de vie de ?? quelques dizaines d'années tout au plus). Trop tard pour faire demi-tour. Impossible. Autant continuer, pour le peu de temps qu'il reste...

      17-01-2013 10:42 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

En direct

Belgique

Vu sur le web

Dernière Minute