Elections présidentielles françaises: état des lieux 2 mois avant le premier tour du scrutin

Dans deux mois, le 23 avril pour être précis, ce sera le premier tour de l'élection présidentielle. Et aujourd'hui, personne ne pourrait dire avec certitude qui l'emportera.

Je suis victime d'un lynchage médiatique

François Fillon, le candidat de la droite et du centre, qui était donné comme grand favori, après sa victoire à la primaire en novembre, baisse de jour en jour dans les sondages. Depuis la fin janvier et l'article du Canard enchaîné sur l'emploi présumé fictif de sa femme, Pénélope, François Fillon n'arrive plus à rebondir. Et cela, malgré les nombreux arguments utilisés pour se défendre: "Je suis victime d'un lynchage médiatique et judiciaire. Je suis victime d'un coup d'état institutionnel. Ma femme et moi n'avons rien à nous reprocher. Tout est légal et transparent".

Une idée infaisable vu son coût

Au PS, la surprise est venue de Benoît Hamon. Personne ne croyait qu'il remporterait la primaire de gauche face à Manuel Valls et Arnaud Montebourg. Et pourtant, c'est Benoît Hamon, très critique à l'égard du bilan économique de François Hollande, qui est le candidat socialiste. Un candidat ciblé pour sa proposition de revenu universel pour tous. "Une idée infaisable vu son coût", disent ses détracteurs. Mais lui, il la maintient même s'il l'a déjà transformée. Le revenu universel ne s'appliquera, en effet, dans un premier temps qu'aux jeunes entre 18 et 25 ans.

Mais voilà, à deux mois du premier tour, selon les sondages, le candidat officiel de la droite et du centre et le candidat officiel du PS, ne seraient pas qualifiés pour le deuxième tour de la présidentielle.

Macron est le candidat de la gauche du fric, Fillon, de la droite du fric

Marine le Pen et Emmanuel Macron seraient dès lors au second tour... Marine Le Pen, qui pourrait profiter de l'effet Brexit, de la victoire de Donald Trump et des déboires de François Fillon, se sent pousser des ailes et pas de changement dans ses discours...Elle prône toujours la préférence nationale pour les logements sociaux et les emplois. Et elle veut sortir de l'Europe au nom de la souverainté nationale. Et pour Marine Le Pen, sans nuance: "Macron est le candidat de la gauche du fric, Fillon, de la droite du fric et elle, la candidate du peuple".

L'inconnue Macron

Emmanuel Macron reste une vraie inconnue. Son programme n'est pas encore bouclé, ni chiffré. Il n'a occupé une fonction ministérielle que durant deux ans. Et pourtant, il est aujourd'hui considéré comme un très possible futur président de la République. Il veut incarner la rupture, il se veut au-dessus des partis et surtout, il se veut à la fois de gauche et de droite. Ses meetings font salle comble... Mais tous ceux qui viennent l'écouter sont loin d'être certains de voter pour lui. Bref, tout est encore possible.

A deux mois du premier tour, Marc Sirlereau et Christian Masuy reviennent dans l'émission Transversales sur La Première sur cette campagne déroutante et pleine de suspense à travers les meetings et des rencontres de militants.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir