Albert Frère: « Le chemin de la scission est insensé »

Vendredi 11 juin 2010

« Le chemin de la scission est insensé« , estime l’homme d’affaires Albert Frère en évoquant l’avenir de la Belgique, se disant « catastrophé » à une telle idée.

Pour lui, à la veille du scrutin, la Belgique se trouve à un moment décisif, « le plus angoissant sans doute de son histoire« , dit-il dans Le Soir, En tant que « citoyen attaché à l’unité et au prestige de son pays« , il se dit « terriblement inquiet« . « Avec-nous perdu toute raison pour accorder la priorité à des débats communautaires alors que nous nous trouvons confrontés à la crise économique la plus sérieuse que le monde ait connue depuis les années trente avec les conséquences désastreuses que l’on connaît? C’est l’arbre qui cache la forêt« , commente-t-il. Pour l’homme d’affaires, il est temps pour la Belgique de se réveiller et d’entreprendre, sans se laisser abattre. « L’heure de la rigueur, de l’austérité a sonné, mais c’est aussi celle de la créativité et du dynamisme« , conclut-il.

Belga

14 commentaires sur “Albert Frère: « Le chemin de la scission est insensé »”

  1. Bonney dit :

    Veuillez regarder ceci afin de mieux comprendre le succes de la N-VA
    http://www.deredactie.be/cm/vrtnieuws/mediatheek/programmas/phara/2.11049/2.11050/1.798838

  2. hauchar dit :

    Pourquoi critiquer Monsieur Albert Frere? Si vous
    suivez tant soit peu les commentaires concernant
    les élections de ce 13 juin,vous aurez pu prendre
    connaissance de la position de la FEB (pourtant
    dirigée par un patron du nord du pays); ce serait
    une catastrophe pour le « pays », en parlant d’une
    possible scission. Cela fait plus de 40 ans que ce
    pays pourri, tout cela à cause du communautaire!
    Nous ne savons plus financer les pensions?
    Que l’on retourne en arrière: les caisses ont été
    vidées à une certaine époque par les politiques
    pour combler les déficits!

    • hauchar dit :

      Permettez moi de continuer ma réflexion.
      Que vous lisiez la presse quotidienne ou la presse
      économique vous n’aurez pas les memes visions de
      la situation! La première ne fait que donner la
      parole aux hommes politiques,avec toutes les
      dérives que cela peut apporter. La deuxième
      examine la situation, organise des débats sur la
      situation futur du royaume du point de vue
      économique, tant au nord qu’au sud et la REGION
      BRUXELLOISE.

      • hauchar dit :

        Je terminerai enfin pour préciser que ne
        suis de loin un capitaliste mais que j’essaye
        de gérer ma pension.
        Last but not least, écoutez cette phrase de
        Monsieur Frere: »L’effet de balancier fera
        que ce qui est plus prospère aujourd’hui
        peut le devenir moins demain et vice-versa ».
        Quand auront nous des hommes politiques de
        grande envergure et non plus des politicards!

  3. BDW dit :

    Bravo JLT ! parfaitement d’accord avec votre commentaire !

  4. Michel dit :

    Quel crédit lui accorder!!!????

  5. Jeanjean dit :

    Mr Frère est plein de bon sens et j’approuve sa démarche et son avis. Si l’ensemble de nos industriels pouvaient tenir le même discours, il est probable que les politiques en tiendraient un peu plus compte. Je vous rappelle que c’est les industriels qui font le business pas les politiques. Le fait que des capitaux soient sortis du pays est vraiment un autre débat.

  6. JLT dit :

    Quelle hypocrisie !
    Ce fossoyeur des « richesses » nationales , qui a vendu à la France tous les joyaux industriels belges par son opportunisme cupide , se permet des commentaires , relayés par une presse sans morale !

    Je suis écoeuré par ce personnage et rejoins l’avis des autres commentaires !
    Ce type, vendeur de clous, qui devrait rendre son titre de baron pour destruction systématique des richesses sociales et du tissu industriel de notre pays , n’a aucune , aucune fibre nationale !

  7. Demaret dit :

    Monsieur Frère est tenu à honorer son titre nobiliaire, is’n it ?

  8. J.F dit :

    Le fait (malheureux) que Mr Frère soit un capitaliste, un libéral ou autre n’enlève rien à sa remarque. Le débat communautaire cache l’impossibilité des politiques à s’attaquer à un problème majeur et gravissime.
    Ses intentions sont certainement opportunistes, mais bon….

  9. jaco dit :

    Compromis à la belge…mais tous les compromis ont toujouts été défavorables aux francophones et de plus, les flamands ne respectent jamais leurs signatures ! Pour le reste, il est facile de parler comme ça, quand on vit essentiellement en France…. Au fait, que fait-il pour sa région de Charleroi ?

  10. Michel Quintin dit :

    Bonjour,
    Permettez moi d’être choqué par le fait que l’on fasse la une du Soir avec l’avis d’un de ces grands capitalistes belges (et wallons) qui se dit « citoyen attaché à l’unité et au prestige de son pays », alors qu’elle préféré retiré la plupart de ses capitaux de celui-ci pour investir surtout en France, participant ainsi au déclin industriel de la Belgique en général et wallon en particulier.