Plusieurs organisations interpellent les partis sur la crise sociale

Lundi 7 juin 2010

A la veille des élections, plusieurs organisations syndicales (CSC et FGTB) et du secteur social-santé (Fédération des centres de service social, Fédération des associations sociales et de santé, Ligue des droits de l’homme, Fédération des maisons médicales) s’unissent pour interpeller les partis politiques sur les réponses à apporter à la crise sociale, a-t-on appris lundi matin lors d’une conférence de presse.

Les syndicats et les organisations social-santé plaident notamment pour le relèvement de toutes les allocations sociales au niveau du seuil de pauvreté, qui se chiffre à 899 euros. Actuellement, le montant de nombreuses allocations serait en effet inférieur à cette somme. Les organisations demandent également au futur gouvernement de garantir à tous les travailleurs « un revenu de travail décent« , par l’augmentation substantielle des salaires les plus bas.

« Ces revendications ne sont pas un luxe, c’est le minimum minimorum pour un des Etats les plus riches au monde. Le gouvernement a dégagé plus de 20 milliards d’euros l’an dernier pour sauver un monde financier. Pourquoi ne pourrait-on pas faire de même pour lutter contre la pauvreté? « , interroge le président de la Ligue des Droits de l’Homme, Benoît Vandermeersch. « L’enjeu est important car il n’existe pas un seul droit de l’homme qui peut résister à la pauvreté« , poursuit-il.

Les organisations demandeuses sont à l’origine d’une pétition en ligne (www.lapetition.be/en-ligne/quelles-rponses-la-crise-sociale-7277.html), mobilisant plus de 25 secteurs, qui sera remise aux partis de la majorité au lendemain des élections.

Belga

Les commentaires sont fermés.