Marianne Thyssen: « Mes relations avec Joëlle Milquet ne sont pas mauvaises »

Mardi 8 juin 2010

Mes relations avec Joëlle Milquet ne sont pas mauvaises mais il y a des discours que je peux pas accepter. Quand elle parle de toucher à la structure étatique du pays en modifiant la frontière linguistique, je dois la contrarier », a expliqué la présidente du CD&V, Marianne Thyssen, mardi à l’issue d’une rencontre avec des patrons wallons.

C’est cependant seule, et donc sans le cdH, que la présidente du CD&V s’est déplacée en Wallonie pour rencontrer des entrepreneurs. « J’espère que les partis francophones sont convaincus de l’importance du dialogue« , a-t-elle souligné.

La présidente du parti flamand n’adhère pas à l’affiche publiée par le 5e candidat de la liste CD&V dans l’arrondissement BHV, Bart Coopman, qui montre Joëlle Milquet déguisée en nonne avec le slogan « Parler, oui, si Milquet devient ‘non’ » (« Praten, oui. Als Milquet non wordt » – l’affiche joue sur le mot « non » qui signifie nonne en néerlandais).

« Je dois parler de cela avec Yves Leterme, mais je ne ferai jamais publier cela. Je regrette cette affiche« , a-t-elle conclu.

« Nous ne créons pas la panique »

« Ce n’est pas nous qui créons la panique, mais bien ceux qui ne sont pas clairs« , a réagi la présidente du CD&V, Marianne Thyssen, en réaction aux propos de son homologue de la NV-A, Bart De Wever. Celui-ci a en effet lancé un appel au CD&V et à ses autres opposants pour qu’ils « arrêtent de semer la panique à usage électoral interne« . « Ceux qui créent la panique, ce sont ceux qui dansent d’un pied sur l’autre« , a-t-elle commenté. A Bart De Wever qui dit ne pas vouloir de révolution mais bien une « évolution douce vers de meilleures structures », Marianne Thyssen demande davantage de clarté. « Quand j’entends parler de fin de la région bruxelloise, de scission de la sécurité sociale et de la fin du pays, je dois réagir parce que cela ne figure pas dans notre programme. Je veux que tout soit clair pour les électeurs qui devront voter dimanche », a-t-elle commenté.

A la rencontre des patrons wallons

Marianne Thyssen a rencontré mardi après-midi à Liège, à sa demande, une douzaine de patrons wallons. Au travers des quatre piliers du programme du parti -une économie qui résiste, un budget sain, une structure étatique qui fonctionne et des pouvoirs publics capables d’agir- elle a rappelé une nouvelle fois l’importance qui devrait ère accordée, dans le cadre d’une réforme de l’Etat, aux entités fédérées.

Les préoccupations des patrons wallons portent principalement sur l’image d’instabilité donnée par le pays à l’étranger. Ils estiment qu’il est urgent d’agir et se disent prêts au changement si celui-ci a du sens. « Nous nous exprimons en faveur de régions fortes, dans une Belgique forte. Nous ne voulons pas briser la solidarité interrégionale ni interpersonnelle, mais les régions doivent être davantage responsables« , a-t-elle répété, insistant sur la nécessité de dialogue et de respect entre les différentes entités.

A côté du slogan du « New Deal » du CD&V, « Pour une Flandre forte dans une nouvelle Belgique« , elle a d’ailleurs ajouté « pour une Belgique forte » et « une Wallonie forte« . « C’est la raison pour laquelle nous sommes ici; à la recherche de partenaires pour ce +New Deal+« , a-t-elle remarqué.

Pour Marianne Thyssen, une campagne électorale ne se résume pas à des débats et des distributions de tracts sur les marchés. « Il faut aussi coller à la réalité économique et il est intéressant de voir ce que les Wallons pensent« , a-t-elle souligné.

Avec Belga

3 commentaires sur “Marianne Thyssen: « Mes relations avec Joëlle Milquet ne sont pas mauvaises »”

  1. cricri dit :

    Excellente initiative de la part de M.Thyssen.
    Puis-je suggérer à J.Milquet de faire la même chose en flandre. Il est primordial que les communautés se comprennent sur un plan économique et travaille à la prospérité;car je ne suis pas le seul en Belgique à vivre de mon argent et pas d’un élargissement de mon terrain.
    Quant au blabla du Bouffon De Wever, il doit confondre  » évolution douce vers de meilleures structures » avec « évolution structurées vers des meilleures douceurs » Les douceurs qui font grossir!