« L’Open Vld est le seul parti qui ne souhaite pas de hausse d’impôts »

Vendredi 11 juin 2010

Les chrétiens démocrates et les socialistes rêvent déjà ouvertement d’un gouvernement fiscal catholique rouge de gauche. C’est l’avertissement envoyé au monde par le président de l’Open Vld Alexander De Croo, lors de la réunion de clôture de l’Open Vld.

(Article paru dans Het Laatste Nieuws du vendredi 11 juin)

« Il y a un parfum de taxation dans l’air (en français dans le texte, ndt). Et ça pue« , déclara De Croo, qui décrivit son partie comme “la seule garantie contre la hausse des impôts du travailleur flamand”.

Comme lors des élections précédentes, l’Open Vld a tenté de rassembler ses troupes pour sa réunion de clôture à l’ICC de Gand pour les motiver une dernière fois. “Tous les observateurs sont d’accord. L’Open Vld a vraiment donné du contenu à ces élections. Nous avons mené une campagne honnête. Nous n’avons pas fait de promesses impossibles à financer” a déclaré De Croo aux militants.

Rutte vole la vedette

Ce message s’accordait parfaitement avec l’histoire que le président du VVD Mark Rutte livra à ses partenaires idéologiques. C’était aussi Rutte qui tira le plus parti des élections aux Pays-Bas, qui vola la vedette lors de la réunion et qui reçut à plusieurs reprises un tonnerre d’applaudissements.

Lors d’une brève interview croisée avec l’ex-premier ministre Guy Verhofstadt, Rutte déclara que les tractations aux Pays-Bas ne devaient pas durer trop longtemps, pour vite pouvoir reprendre le pays en mains. Il a aussi motivé les militants en se disant convaincu qu’une grande partie des électeurs indécis sauraient se diriger vers l’Open Vld.

« Des promesses en l’air et des contes de fée économiques »
L’Open Vld s’est frayé un chemin dans la campagne à travers le thème du budget et des économies à venir dans les prochaines années. Aujourd’hui aussi la tête de liste sénatoriale s’est opposé aux autres partis “qui promettent que la vie est un long fleuve tranquille”. Le SP-A et le PS furent d’ailleurs ses têtes de Turc – “la sobriété et le socialisme ne vont vraiment pas ensemble” – mais le plan de rigueur de la N-VA en prit aussi pour son grade. “500 000 emplois ? 14 milliards d’effets de retour ? Cher Bart, je veux bien, mais c’est de la science-fiction économique”.

« Qui veut entendre des promesses en l’air ou des contes de fées économiques ne doit pas venir chez nous”, poursuivit De Croo. Il a là aussi mentionné la victoire électorale de Rutte. “Il ne l’a pas obtenue en disant aux gens ce qu’ils voulaient entendre. Mais en étant sincère. En disant que des problèmes difficiles devaient être réglés. C’est la seule manière de devenir plus fort”.

« Les classes moyennes paient »


Le président libéral s’oppose aussi aux augmentations d’impôts, et dit faire ainsi la différence avec tous les autres partis. Le CD&V veut toucher les familles et les retraités, dit De Croo, et l’imagination des socialistes et des verts n’a pas de limites lorsqu’il s’agit d’inventer de nouvelles taxes, déclara-t-il en faisant référence à la proposition d’introduction d’une taxe sur le capital. “Ils disent que les riches doivent payer, mais ce seront les classes moyennes qui trinqueront”.

Le président remarqua qu’il “se passe quelque chose de beau” entre les chrétiens démocrates et les socialistes. « Il y a un parfum d’amour dans l’air (en francais dans le texte, ndt). Ils rêvent déjà ouvertement d’un gouvernement fiscal catholique rouge, de gauche. Un gouvernement qui prendra la crise en main en augmentant les impôts”, déclara-t-il. “Je vous le dis : il y a un parfum de taxation dans l’air (en français dans le texte, ndt). Et ça pue« .

(belga/adb/tw)

Les commentaires sont fermés.