Les enjeux du scrutin dans le Limbourg

Mercredi 26 mai 2010

Petit détour par Hasselt et le Limbourg, où douze sièges de députés sont  à attribuer pour la Chambre, dans une circonscription orpheline des ses « faiseurs de voix » comme Steve Stevaert et Jo Vandeurzen.

L’histoire politique du Limbourg c’est le lent déclin du sp.a. De plus en plus oublié, l’effet Steve Stevaert, cet ancien patron de bistro devenu président des socialistes flamands. En 2007, c’est le cartel CD&V-NVA qui emporte 5 des 12 sièges de la province. Devant l’autre cartel  sp.a-Spirit avec 3 sièges, le Vlaams Belang et le VLD 2 sièges chacun.

Mais que va-t-il se passer maintenant que le cartel CD&V et NVA est scindé, et que le CD&V n’est plus mené par l’ultra-populaire Jo Vandeurzen -71 235 voix de préférences, un record, en 2007. Jo Vandeurzen, ex-président du CD&V, ex-ministre fédéral de la Justice emporté par l’affaire Fortis, devenu ministre flamand en 2009 pousse désormais la liste des suppléants. Il laisse la place de N°1 au jeune Raf Terwingen, député fédéral sortant. A lui d’affronter la socialiste Ingrid Lieten, ancienne directrice générale de la société de transport publique De Lijn, devenue  ministre flamande en juillet 2009, la dernière trouvaille politique côté sp.a. Elle précède l’autre faiseur de voix du Spa dans la région, Peter Vanvelthoven, ancien député et ancien ministre fédéral.

Ils trouveront face à eux la députée européenne Frida Brepoels, tête de liste NVA. Mais aussi l’Open VLD Patrick Dewael, président sortant de la Chambre, ancien ministre de l’Intérieur, tête de liste comme en 2003 et 2007 et qui avait recueilli 41 544 voix de préférence en 2007. Il devance la chef de groupe VLD à la Chambre Hilde Vautmans.

Le Vlaamse Belang espère sauver ses 2 sièges actuels, la Liste De Decker et Groen enfin en grapiller un mais face au duel à quatre Cd&V, NVA, VLD et Spa, comme dans le reste de la Flandre, ce sera on ne peut plus difficile.

Fabien Van Eeckhaut

Les commentaires sont fermés.