Le PP se dit victime d’un corbeau et porte plainte

Mercredi 2 juin 2010

Le Parti populaire (PP), qui s’estime victime d’un « corbeau », a indiqué mercredi qu’il portait plainte en justice pour calomnie, diffamation, harcèlement et faux, et mené une nouvelle charge contre les médias qui lui refuseraient le débat d’idées.

Le co-président du PP, Mischaël Modrikamen, dénonce une « campagne de dénigrement » menée par courriels anonymes et autres courriels provenant d’adresses électroniques « bidon » du parti. Il pointe du doigt l’entourage d’un ex-membre du PP, l’ancien coordinateur pour Bruxelles Aldo-Michel Mungo, exclu « parce qu’il ne correspondait pas aux valeurs éthiques du parti« .  »Il n’y a pas eu d’autre exclusion« , a assuré l’avocat d’affaires, pour qui les défections récentes de quatre autres membres – dont le 6e candidat effectif pour Bruxelles-Hal-Vilvorde – s’explique par leur proximité avec M. Mungo.  Dans la foulée, il dénonce les méthodes de « certains membres du MR » qui ont selon lui relayé ces allégations, qualifiant ces pratiques de « méthodes de corbeau, de caniveau« .
Me Modrikamen s’en prend également à certains médias de presse écrite, coupables à ses yeux d’avoir relayé « ce genre de choses » sans vérification.  Il a répété ses accusations à l’égard de la RTBF qui n’a pas tenu de débat des « petits partis » avec les « quatre partis traditionnels » et « qui est soumise à la mainmise du conseil d’administration« , et a également taxé la rédaction de RTL de « conformisme » pour s’en tenir à des « débats traditionnels » entre personnalités.
Mischaël Modrikamen a tenu ce réquisitoire en marge de la présentation du volet « un nouveau regard féminin » du programme du PP.

 Belga

3 commentaires sur “Le PP se dit victime d’un corbeau et porte plainte”

  1. J-L dit :

    Bravo au Parti populaire qui est le seul à pouvoir apporter un changement nécessaire dans les politiques d’immigration, politiques économiques et politiques de sécurité

  2. pol dit :

    Il a vraiment un sérieux souci avec son égau. Il croit que le monde lui appartiens et quand il n’arrive pas à se faire sa place dans les médias, ils les attaquent. On finirait presque à devoir verser une larme.
    Dans une démocratie, il faut savoir aussi perdre.

  3. Il est évident que CETTE FOIS-CI, les grands partis ont peur !
    ILS ONT SUFFISAMMENT MENTI A LA POPULATION ET UTILISE SES DENIERS POUR LEURS ENORMES GASPILLAGES POLITIQUES.

    IL EST ENFIN VENU LE TEMPS POUR QUE CELA CHANGE DEFINITIVEMENT.

    SVP, soyez MOINS DE POLITICIENS et ayons un VRAI « chef » (si cela existe en Belgique).
    Avec 50% en moins, vous serez encore TROP nombreux.
    Plus il y a de monde, moins il y a d’efficacité.

    Salutations de la part d’un belge wallon et TRES travailleur depuis plus de 50 ans.
    Gérard