Le cdH s’inquiète du boycott des élections en périphérie

Jeudi 20 mai 2010

Le cdH a manifesté, jeudi, son inquiétude face au boycott annoncé des élections dans la périphérie bruxelloise. Le parti et sa présidente, Joëlle Milquet, disent regretter l’attitude du ministre flamand des Affaires intérieures, Geert Bourgeois, et dénonce ce « nouveau déni de démocratie ».

Le cdH dénonce la politique du « deux poids, deux mesures » menée par le ministre Geert Bourgeois. « Il annonce qu’il ne sanctionnera pas les bourgmestres flamands boycottant l’organisation des élections mais, inversement, il s’oppose toujours à la nomination de trois bourgmestres de la périphérie qui ont collaboré à l’organisation des élections en envoyant des convocations dans la langue de l’électeur » , soulignent les Humanistes. Mme Milquet précise qu’elle a interpellé la ministre de l’Intérieur en Conseil des ministres mercredi, en exigeant des garanties pour la tenue des élections et l’organisation correcte des procédures électorales. Une réponse concrète est attendue pour le prochain Conseil des ministres, ajoute le communiqué du cdH. Le gouverneur de la province de Brabant flamand, Lode De Witte , a déjà annoncé qu’il suppléera aux bourgmestres défaillant en organisant les élections dans les communes concernées, comme il l’a d’ailleurs déjà fait lors de précédentes élections.

Belga

Un commentaire sur “Le cdH s’inquiète du boycott des élections en périphérie”

  1. poli dit :

    Milquet et Maingain parlent toujours de « déni de démocratie », mais ils ignorent la Constitution et les fondements de la Belgique. La Constitution est le fondement des processus démocratiques. La minorité du pays ne se conforme pas aux règles de notre démocratie. La crise actuelle est le résultat d’années d’ignorer le BHV-arrêt de la Cour constitutionnelle et le caractère non constitutionnellement car une circonscription BHV illégale de la prochaine élection. Il n’est pas vrai en fonction de l’égalité que les orateurs français en Flandre de voter pour les listes de langue française, tandis que ce n’est pas possible pour les Flamands pour voter pour listes Flamand dans la Région Wallonne.
    A côté de Maingain, qui est connu par détester les Flamands, aussi Milquet a « de boue sur la tête ».