La N-VA est prête à monter au gouvernement

Dimanche 13 juin 2010

La N-VA confirme, selon les premiers résultats, les prévisions des sondages : le parti nationaliste est le premier parti en Flandre. Les réactions se multiplient. Bart De Wever s’est exprimé : il « tend la main aux francophones« .

Son discours était attendu par tous. Bart De Wever s’est montré fort mesuré dans la victoire, revenant sur la genèse du parti et rappelant que seul Geert Bourgeois avait été élu en 2003. Que de chemin parcouru donc pour le parti nationaliste. « Nous sommes aujourd’hui le plus grand parti de Flandre » a déclaré Bert De Wever sous les hourras de ses ouailles. Le patron de la N-VA a listé ses priorités : « réformer l’Etat et assainir les finances publiques« . Et a tendu « la main aux francophones« .

Les réactions

« C’est un véritable tremblement de terre« , a commenté le ministre d’Etat Mark Eyskens (CD&V) après l’annonce des premiers résultats de la N-VA. L’ancien Premier ministre a fait le constat d’un « changement fondamental » du paysage politique en Flandre alors qu’en Wallonie, il reste plus stable, avec un parti socialiste en tête.

Selon Mark Eyskens, cette victoire d’un parti de droite en Flandre et d’un parti de gauche du côté francophone rendra difficile la négociation d’un accord sur les thèmes sociaux et économiques. Sur le plan communautaire, la N-VA devra démontrer si elle est réellement disposée à conclure un accord, et si son président Bart De Wever est capable d’imposer un compromis au reste de son parti.

Le ministre-président bruxellois Charles Picqué juge qu’une négociation s’impose avec la N-VA mais qu’il faudra voir si les nationalistes flamands mettront de l’eau dans leur vin. Bruxelles résistera à toute tentative de mise sous tutelle, a-t-il averti à la RTBF, face aux propos tenus par la N-VA sur Bruxelles.

Malgré le score important qui s’annonce pour elle, la N-VA ne sera pas nécessairement un partenaire pour le prochain gouvernement ou pour les prochaines négociations gouvernementales, a affirmé dimanche sur RTL-TVi le sénateur sortant Francis Delpérée (cdH).

Le constitutionnaliste, interrogé sur l’après-scrutin, a ajouté que « si l’on devait aller vers un gouvernement d’union nationale, on est partants« .

Plus tôt dans la journée, le chef de file PS sur la liste du Sénat Paul Magnette avait au contraire indiqué sur la RTBF que la N-VA serait probablement incontournable dans le futur gouvernement vu la nécessité de réaliser une réforme de l’Etat. Mais en fin d’après-midi, il se rétractait quelque peu affirmant que « les seuls avec qui nous allons discuter dans un premier temps, c’est le sp.a. Il faudra voir les résultats globaux pour le coté flamand, si un glissement global s’opère vers la droite ».

Le député flamand Vlaams Belang, Filip Dewinter, qui conduisait la liste de son parti pour la Sénat, a tenu à féliciter la N-VA. Son parti est une des grandes victimes de la montée de la N-VA et le résultat des élections de dimanche confirme les pertes déjà enregistrées par le Vlaams Belang au cours des précédentes élections.

Au CD&V, tant le secrétaire d’Etat sortant Etienne Schouppe que le député sortant Dirk Bogaert ont, dans une première réaction, estimé que la balle était maintenant dans le camp de ce parti nationaliste né de l’implosion de la Volksunie. « Maintenant ils devront prendre leurs responsabilités« , ont-ils noté tous les deux.

Au sp.a, qui se comporte assez bien, l’ancien ministre Freddy Willockx a quant à lui souligné qu’il y avait en fait deux inconnues : l’attitude que la N-VA aura sur le plan institutionnel mais aussi celle qu’elle adoptera sur le plan socio-économique. Quand on devra parler sécurité sociale, emploi ou fiscalité, les discussions des socialistes avec la N-VA risquent d’être très difficiles.

Alexander De Croo (Open VLD), qui semble être le grand perdant de ses élections, a quant à lui affirmé qu’ il est logique que l’initiative viennent de Bart De Wever, qu’il a félicité.

RTBF avec Belga

7 commentaires sur “La N-VA est prête à monter au gouvernement”

  1. Jacky de Liège dit :

    que le PS et les autres le soins à la NVA de prendres ses responsabilités, puisque ils ont la main, là o,t pourra voir ce que ce Mr BSW a dans la tête pour l’avenir, là est la réel question vu ses antécédantes positions sur la Belgique et autres.
    il doit connaître l’histoire lui, puisse il est licencier en histoire, qu’il fasse attentions, qu’il ne lui arrive pas la même chose que certains flamands ou autres dans certains pays ou en Belgique (voir pur flamands sur sol flamand ou autres) ont a connu cela dans le passé pas si lointin)

  2. J. dit :

    Franchement dit ce BDW est un fachiste de 1er rang et laissé un tel personnage au sein de notre gouvernement serait la plus grande erreur de la Belgique.

  3. Mélusine dit :

    De nombreux flamands qui ont voté pour la NVA sont des jeunes qui sont coupés de leur histoire et de la culture. Il serait très intéressant de faire une étude sur le profil des personnes qui ont voté pour ce parti et nous serions édifiés.

  4. Alexandre dit :

    Exactement !
    On croirait que la NVA est devenu la parti unique de la Flandre !
    18 % ce n’est pas la Belgique ! Sauf si les partis démocrates flamands veulent laisser à la NVA le soin d’accomplir ce qu’ils désirent, mais n’ont pas le courage d’assumer…

  5. Cormeau dit :

    Sire,
    Il n’y a pas (plus?) de Belges!
    Jules Destrée

  6. Mélusine dit :

    Minute, seuls 18% des belges ont voté NVA. Et parmi ceux-ci, il y a de nombreux provocateurs sans culture qui votent sans réfléchir.