Bart De Wever franchit le cap des 764 000 voix de préférence en Flandre

Dimanche 13 juin 2010

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a franchi dimanche soir le cap des 764 000 voix de préférence sur la liste de son parti pour le Sénat au sein du collège électoral néerlandophone, selon des chiffres disponibles ce lundi matin.

Il est crédité, peu après 10h00, de 764 904 voix, dépassant largement la présidente du CD&V, Marianne Thyssen, avec quelque 314 850 voix. Le troisième est le président de l’Open Vld, Alexander de Croo, avec 271 444 voix de préférence, suivi par l’homme fort du Vlaams Belang, Filip Dewinter puis par l’ancien ministre socialiste Frank Vandenbroucke.

Ce dernier précède un autre socialiste, Johan Vande Lanotte, qui a obtenu 142 358 voix de préférence. Le premier francophone en terme de popularité est le ministre sortant Paul Magnette (PS) en quatrième position, avec 264 167 voix. Dans les dix premiers du classement figurent encore un nouveau venu sur la liste CD&V, Rik Torfs, le président du sortant du Sénat, Armand De Decker (MR) et l’eurodéputé Louis Michel (MR).

Interrogés sur le plateau de la VRT quant à la possibilité qu’Elio Di Rupo devienne le Premier ministre, Marianne Thyssen (CD&V) a répondu : « Le Roi décide« ,  tout comme Caroline Gennez (sp.a). Sourire désapprobateur de Bart De Wever…
« Je pense que ce serait une bonne garantie de bonne négociation communautaire« , a approuvé Jean-Marie Dedecker (LDD), car « cela permettrait plus de concessions de leur part« .
« Je l’accorderai en souriant« , approuve Bart De Wever, « si cela conduit à plus de concessions« .

Toujours à la VRT,  Bart De Wever a jugé que « pour réaliser quelque chose dans ce pays, il faut parler au PS« , il juge aussi que son programme est plus important qu’un éventuel poste de Premier ministre.

Parmi les partis flamands, Groen! semble s’en tirer mieux que les autres (mis à part la N-VA, bien sûr). Les écologistes flamands progressent légèrement dans certaines circonscriptions et limitent fort le recul dans les autres.

Tous les résultats des partis flamands:

N-VA: 27 sièges (+19)

CD&V: 17 sièges (-5)

Open VLD 13 sièges (-5)

sp.a: 13 sièges

Vlaams Belang: 12 sièges (-5)

Groen: 5 sièges (+1)

Lijst Dedecker: 1 siège (-4)

Les résultats circonscription par circonscription sont disponibles sur le site du ministère de l’Intérieur.

Bart De Wever veut tendre la main aux francophones

« Il faudra construire des ponts« , a dit le président de la N-VA Bart De Wever, s’adressant aux militants de son parti qui a remporté les élections. Il a enchaîné en disant qu’il faut réformer l’Etat, assainir les finances publiques et pour cela il veut tendre la main aux autres partis flamands et aussi aux partis francophones.

Les pertes les plus importantes touchent le Vlaams Belang, l’Open Vld et la Lijst Dedecker (LDD), qui n’atteint le seuil d’éligibilité de 5% qu’en Flandre occidentale. Les écologistes de Groen! flirtent dans certains cantons avec ce seuil, alors que le sp.a maintient ses positions ou subit de légères pertes.
L’Open Vld recule dans tous les arrondissements, de 2 à 5%, tournant autour des 13 à 16%, alors que le sp.a obtient des résultats mitigés, avec un score oscillant entre 10 et 17%.

Le Vlaams Belang et la LDD sont en général en recul. Le Belang perd, selon les arrondissements, de 4% (à Louvain) à près de 11% à Anvers. Les écologistes de Groen! maintiennent généralement leurs positions, sauf à Louvain (-4%). La LDD passe dans la plupart des arrondissements sous le seuil électoral de 5% et ne l’atteint qu’à Ostende, la ville de Jean-Marie Dedecker.

La N-VA atteint 27 députés, le CD&V en a dix de moins

Le parti nationaliste flamand N-VA obtient 27 des 150 sièges à la Chambre, soit 19 de plus que lors de la dernière législature, selon les résultats définitifs.

Le CD&V en perd 5, en conservant 17. Le sp.a et l’Open VLD occupent ex aequo la troisième poistion avec treize députés. C’est un de moins qpour la formation de Carioline Gennez, qui limite cependant fortement la casse; mais c’est cinq de moins pour les libéraux d’Alexandre De Croo.

Toujours selon la même projection, l’Open Vld obtient douze élus, soit  cinq de moins que sous la précédente législature.  Les écologistes de Groen! passent à cinq sièges. La Lijst Dedecker est  réduite à un siège.

J.-M. Dedecker n’exclut pas de démissionner en tant que président de la LDD

En réaction au mauvais résultat de son parti, Jean-Marie Dedecker, a dit dimanche qu’il n’excluait pas de démissionner en tant que président de la LDD.
« Quand on est le coatch d’un équipe, d’autant plus si elle porte votre nom, et que cette équipe perd, il faut en tirer les conclusions », a-t-il noté. Il a plaidé pour un renouvellement des cadres du parti.

Jean-Marie Dedecker a qualifié sa défaite de catastrophe. « C’est un tsanami qui n’a pas seulement emporté les murs mais aussi les meubles. Nous sommes effacés de la carte politique sur le plan fédéral« , a-t-il encore commenté.

Il a toutefois rappelé que la LDD gardait malgré tout des parlementaires puisqu’il y a toujours le groupe au Parlement flamand et un élu au parlement européen. M. Dedecker a comparé la N-VA à un aspirateur qui a tout aspiré sur son passage

L’Open Vld, grand perdant

Au CD&V, tant le secrétaire d’Etat sortant Etienne Schouppe que le député sortant Dirk Bogaert ont, dans une première réaction, estimé que la balle était maintenant dans le camp de ce parti nationaliste né de l’implosion de la Volksunie. « Maintenant ils devront prendre leurs responsabilités« , ont-ils noté tous les deux.

Au sp.a, qui se comporte assez bien, l’ancien ministre Freddy Willockx a quant à lui souligné qu’il y avait en fait deux inconnues: l’attitude que la N-VA aura sur le plan institutionnel mais aussi celle qu’elle adoptera sur le plan socio-économique. Quand on devra parler sécurité sociale, emploi ou fiscalité, les discussions des socialistes avec la N-VA risquent d’être très difficiles. Si la N-VA semble le grand gagnant côté flamand, la LDD pourrait en être un des grands perdants. Pour le député flamand LDD Boudewijn Bouckaert, ces élections « venaient trop tôt pour la LDD« .

Le parti avait entrepris une réorganisation mais celle-ci n’avait pas abouti lorsqu’il a fallu se lancer dans la campagne, a-t-il noté. M. Bouckaert est d’avis que son parti atteindra le seuil électoral en Flandre occidentale. Dans les autres provinces, la situation n’est pas encore claire. Un autre perdant de ces élections en Flandre est l’Open Vld d’Alexander De Croo qui, comme prévu, n’a pas tiré profit du fait d’avoir fait tomber le gouvernement.

Le député sortant, élu de la périphérie bruxelloise, Luc Van Biesen, est d’avis que l’Open Vld a choisi de favoriser l’avenir du pays. « Il faut parfois choisir. Ce qui est bon pour le pays n’est pas toujours bon pour le parti. Je crois que nous avons opté pour l’avenir du pays. On se trouvait avec un gouvernement qui n’avançait sur aucun sujet. Nous espérons que le pays pourra redémarrer après ces élections« , a-t-il dit. Le député a ajouté qu’il ne remettait pas du tout en question le choix fait par son président Alexander De Croo.

Et Luc Van Biesen d’insister sur le fait que son parti a toujours opté pour le dialogue avec les Francophones et que dans cette perspective, le résultat des élections n’est pas bon. La N-VA devra choisir entre la confrontation ou le dialogue et chacun sait que la confrontation n’est une bonne option ni pour l’avenir des Flamands, ni pour celui des Francophones.

Le VB tend la main à la N-VA pour une Flandre indépendante

Le président du Vlaams Belang, Bruno Valkeniers, a tendu la main dimanche soir à la N-VA. « Si ce parti utilise le mandat qui lui a été donné par l’électeur pour réaliser une Flandre indépendante, il trouvera en nous un allié« , a-t-il dit dans un message aux militants du parti.

M. Valkeniers a reconnu la défaite de son parti, tout en ajoutant que par rapport à 2009, le VB ne perd que quelques pour cent. « Nous ne sommes pas pas rayés de la carte. « Nous restons un parti radical et républicain« , a-t-il ajouté.

Le président a encore souligné que son parti resterait un aiguillon et serait très attentif à la politique menée en matière d’immigration et de sécurité. Il a reconnu que ces sujets n’ont pas été très présents dans la campagne, ce qui déforcé sa formation.

M. Valkeniers a encore dit qu’il ne croyait pas que sa présidence était remise en question par le résultat de dimanche.

Les derniers résultats à la Chambre

Les derniers résultats au Sénat

MD avec Belga

42 commentaires sur “Bart De Wever franchit le cap des 764 000 voix de préférence en Flandre”

  1. baudelaire dit :

    Les Flamands de Belgique reprochent aux Francophones de ne pas parler le flamand. Et pour cause : LE FLAMAND N’EST PAS UNE LANGUE! Le Flamand est un ensemble de patois régionaux qu’ils ont eux-mêmes bien du mal à uniformiser. Exemple : un habitant de Hasselt (dans le Limbourg) et un autre de Courtrai (en Flandre Occidentale) ne se comprennent pas! Autre exemple : lorsque l’on interroge un habitant d’Anvers (première ville flamande) à la VRT, sa réponse est le plus souvent sous-titrée pour que les autres Flamands la comprennent! Par ailleurs, peut-on qualifier de langue un idiome parlé dans quelques provinces de Belgique? Une langue doit avoir une histoire, une littérature (insignifiante dans le cas du flamand). Sans parler de son rayonnement dans le monde. Au contraire de l’anglais, du français, de l’italien, de l’espagnol, QUI s’intéresse au flamand dans le monde? QUI connaît son existence? QUI fait l’effort de l’apprendre? Les Néérlandais eux-mêmes méprisent les Flamands de Belgique parce qu’ils considèrent qu’ils massacrent leur propre langue! Alors, amis Flamands, un peu de décence! Et remettez-vous à l’apprentissage du français, comme le faisaient si bien vos aînés, ou vous finirez isolés, coupés du monde dans votre plat pays… (avec un ciel si gris qu’un canal s’est pendu)

    • Bonney dit :

      Quel non-argumentation. N’importe quoi pour trouver une explication pour le fait qu’en 1970 la PS a choisi contre la proposition de créer un pays billingue. Depuis les années 60 la langue officiel (par loi) en Flandre est le néerlandais. Vous le dites comme ces pauvres stupides flamands n’ont meme pas de langue qu’ils parlent entres eux. Une autre non-raison…les verbes sont trop difficile pour des francophones…Et pour les néerlandophones le francais est si simple? C’est simplement a la fin une question de choix de qualité dans l’éducations francophone et alors un choix politique francophone… Moi j’ai appris que vous voyez ici a l’ecole. Si je n’avais pas un niveau assez bien je ne passait simplement pas au prochaine année. Je le trouve stupifiant que je parle avec des jeunes qui viennent de terminer leur dernier année en humanitaire et ils ne peuvent meme pas se presenter correctement en néerlandais…Regarde dans les cantons de l’Est ils sont presque tous trilingue, RESPECT. Je l’ai dis deja plusieurs fois, si on avait choisi un pays billingue on avait beaucoup moins de problemes dans ce pays et je parle maintenant la langue de consensus, de confiance, de respect

      • baudelaire dit :

        Les problèmes linguistiques de la Belgique proviennent du fait que les Flamands font un très gros complexe d’infériorité par rapport aux Hollandais. Ceux-ci les méprisent depuis toujours et considèrent qu’ils parlent une version bâtarde et régionale de leur langue (ce qui est vrai). La conjoncture économique aidant, les Flamands se vengent à présent sur les Francophones. On aurait jamais dû faire d’un misérable patois une des langues nationales de la Belgique!

        • Bonney dit :

          Est-ce que vous vous réalisez ce que vous etes en train de dire monsieur? Est-ce que vous vous rendez compte que vous vivez dans un pays a majorité néerlandophone, je ne veut pas commencer l’imperialiste comme vous mais pourquoi cette agression vers la main qui vous offre votre nourriture, est ce que vous vous sentez coupable de quelque chose. Je veut bien vous aider si vous avez besoin…

          • baudelaire dit :

            J’exerce une profession libérale, je gagne convenablement ma vie et je n’ai pas du tout l’impression de profiter de l’aide de qui que ce soit, surtout vu les impôts que je paye tous les ans à l’Etat belge! Et je vous rappelle qu’il y a aussi du chômage en Flandre.Quand vous dites qu’il y a une majorité néérlandophone en Belgique, c’est faux encore une fois, c’est faux puisque vous ne parlez pas le néérlandais. Un Hollandais invité par RTL-TVI a d’ailleurs confirmé récemment que quand on interviewait des hommes politiques flamands, on mettait des sous-titres à la television hollandaise!

        • Bonney dit :

          Je ne voulait pas dire que je vous nourrit avec de l’argent mais avec le fait que je dialogue…c’est votre interpretation. Je me demande si vous faites de faites une projection de vos sentiments d’inferieurité sur des autres. C’est un cas classique, ou vous avez besoin de fulminer votre frustration que peut-etre vous n’avez jamais su apprendre la langue de vos compatriotes. De nouveau un cas classic beacoup vu chez les homofgobes qui sont doutent leur propre sexualité. De nouveau je vous tient la main pour vous aider…

          • baudelaire dit :

            « la main qui vous offre votre nourriture » et vous dites que j’ai mal compris? Vous les Flamands, vous vous sentez supérieurs et pourtant il vous manquera toujours quelque chose : on appelle ça la culture. Bonsoir, Monsieur.

        • Bonney dit :

          Dans « Het Grote Dictee der Nederlandse taal » c’est quand-meme les flamands néerlandophones qui on la pluspart des cas le meilleure score. On ne parle pas du Fries , ni du Afrikaans, ni du Neder-Dietsch. Peut-etre vous melanger le dialectique avec la langue officiele. Mais c’est le meme pour le Wallon (comme langue) et les Wallons quand ils parlent leur dialecte, ce n’est pas evidement non plus. On me demande pourquoi je vous réponds encore (des amis francophone en faite) mais votre raisonnement m’intresse, je pense vraiment que vous avez besoin de quelqu’un pour parler avec pour trouver un peu plus de calme dans vos pensées

        • Bonney dit :

          Je n’ai pas de vision sur « Les Francophones » s’il nous manque de culture, je m’excuse pour…la culture francais est selon vous comme la culture allemande en ‘30 supérieure que celle des flamands…qui ,selon vous, les meme Flamands qui ont un sentiment d’inferieurité vers les Hollandais, ont un sentiment de superiorité vers les Francophones…Je sens vraiment que vous avez vécu un trauma grave dans votre passé pour etre si insecure que vous devez vous défendre de telle facon. J’espere que vos amis peuvent vous aider avec, sinon vous avez un gagner un ami flamand qui, dans un francais imparfait est pret a vous écouter. Bonne Chance

    • Henri Maroles dit :

      Comme le disait mon grand père:
      « Avec le Flamand, on va très loin… mais seulement si on va à pied! »

      Sur cette petite plaisenterie…
      Je ne suis pas du tout d’accord avec vos remarque. Je suis Bruxellois et Francophone. Ceci dit, je ne parle pas bien le NEERLANDAIS (on parle FRANÇAIS en Wallonie et aussi de nombreuses sorte de WALLONS biens différents les uns des autres… même si le Wallon est une langue qui se meure tristement)! Et je pense justement que le bilinguisme serait une forme de politesse, après tout, ce n’est pas QUE la culture Flamande, cést aussi une partie de la culture BELGE au même titre que la culture Wallone!!!

      Selon moi, la solution utopique à tout ce problème serait la suppression des frontières linguistiques et le bilinguisme nationnal (en commençant par nos ministres… honte à eux) qui permetterait une unité forte de notre pays.

      Mais la vrai question est « d’où ressurgit cet ultracommunautarisme Flammand? » Influence de quelques politiciens sur le peuple, capitalisme intense, frustration (due JUSTEMEMT à une non reconnaissance)…?

      H. M.

  2. Pado dit :

    Beaucoup de gens n’ont pas voté pour le NVA parce que ce sont des séparatistes, mais parce qu’on était fatiqué, vraiment fatigué de voir que les choses avancent dans le gouvernement flamande et rien bouge sur le niveau fédérale. Avec une bonne reforme d’état, la Bélgique deviendra plus rationelle, plus transparent, plus cout-efficace. C’est ça d’abord ce qu’on attend de BDW, et ne pas l’independence de Flandres…

  3. Pado dit :

    La Bélgique cherche de l’argent. Déjà Reynders parti signifie 5 milliard qu’on gagne. En plus c’est de rationaliser l’état. Enlever les abus, les doubles mésures, c’est toujours de l’argent perdu. De l’argent nécessaire pour des pensions etc.
    La coalition dans le gouvernement Flamand a bien diminué la taille de leur gouvernement et les cabinets. J’espère que le niveau Fédéral de papa se laisse contaminer aussi…

  4. cricri dit :

    Cher Bartus,
    Maintenant c’est « acta non verba », fini de baratiner, de critiquer, de mettre la faute sur le dos des autres. Un peu voir ce que tu feras en première ligne dans les tranchées.(si tu parviens à t’y faufiller).

  5. Mélusine dit :

    Bart n’arrivera JAMAIS a mettre le main sur Bruxelles. Pour sa campagne, sachant très bien qu’il s’adresse à un public à la recherche d’un discours musclé il a parlé d’évincer Bruxelles, de tuer la sécurité sociale. Mais maintenant qu’il est élu, il va être confronté à la réalité. Seule LA BELGIQUE est porteuse à l’extérieur. Le petite Flandre séparatiste va droit à la faillite car elle sera abandonnée par le reste du monde. Et cela Bart l’a bien compris car les flamands ne sont pas prêts à revendre leurs nains de jardins en brocante.
    Quand aux problèmes économiques de la Belgique. En tant que 8ème pays dans l’ordre des richesse, la misère, du moins pour certains n’est pas pour demain. Les flamands ne savent plus quoi faire de leur argent, ils s’ennuient et plutôt que de se cultiver il ont besoin d’un punching-ball. Moins d’entreprises c’est aussi moins de pollutions et de « fabrications » de faux besoins. L’une d’elle porte aujourd’hui lourdement l’enseigne BP.

    • Bonney dit :

      Veuillez me montrer ou il a parlé de « tuer la sécurité sociale ». La Flandre n’est pas si separatiste que votre perception, mais on ne veut plus etre bloqué par la CDH sur une grande reforme de l’état a cause du fait que ces structures on est le pays le plus taxée de la OESO. Sur la propositioin du Vlaams Belang hier soir de jouer le jeu séparatiste, BDW a déchirer le président du Vl Belang sur ses points de vue sépartiste (voyez les debats de la VRT)MAIS si CDH bloque de nouveau, j’ai bien peur que ce reflex seperatiste devient plus radicale, mais Di Rupo (et BDW) ont deja parlé comme vrai homme d’état et je suis optimiste

      • cricri dit :

        Pour un qui a voté OVLD, c’est bien de virer de bord. Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis.

        • Bonney dit :

          OVLD pour la chambre et quand-meme BDW pour le sénat. J’ai plus de confiance en BDW comme homme d’état mais plus de confiance dans le libéralisme comme solution gouvermental.

        • Bonney dit :

          En faite c’est a cause du fait que j’ai du lui proteger de l’image du fascisme sur ce site ci que je me suis dis qu’il meritait aussi mon vote. Mais pour le programme politique je suis rester chez la open VLD

  6. Franc aphone dit :

    L’open VLD a eu ce qu’il méritait: une claque sur ses vilaines petites mains.
    Quant au MR: n’en déplaise aux Reynders et autres Teitelbaum, le « connard » Louis Michel les écrase en voix de préférence – qu’ils en tirent les conclusions et s’effacent.

    • Bonney dit :

      Il y a en flandre un grand respec pour « les Michel » ou Demotte chez la PS, j’espere que ces gens la vont avoir un role plus important dans la wallonie…plus que Papa

  7. Philo dit :

    Bart de Wever, mais il n’est pas le seul, se trompe de débat. Le véritable enjeu pour la Belgique n’est pas d’assainir les finances publiques ou d’assurer une protection sociale plus importante comme le prône certains partis. Nous vivons déjà dans un pays d’assistés sociaux. Le véritable enjeu est de savoir comment nous allons pouvoir assurer une croissance économique qui va permettre à la Belgique d’assurer une pérennité des pensions et des avantages sociaux que nous avons obtenu à ce jour.
    Cela ne passe pas par un confédéralisme ni par un accroissement des avantages sociaux mais par un accroissement des entreprises qui génèrent de l’emploi. La délocalisation des entreprises coûte cher à l’état et rien n’est fait pour attirer les investissements étrangers. Sans un accroissement des acteurs économiques, qui quittent notre pays du fait des lourdes charges sociales, il est difficile d’imaginer que nous puissions maintenir la situation actuelle. Le problème de la Belgique n’est pas un problème régional c’est un problème sociétal qu’on essaie d’enfouir dans un imbroglio de problèmes communautaires. Si le pays était prospère, si le pays attirait les investissements étrangers, il n’y aurait personne pour demander le séparatisme.Il est temps de se réveiller et de travailler sur une politique de création d’emplois
    durable et cela ne passe ni par une régionalisation des compétences fédérales ni par un accroissement des avantages sociaux.

    • Bonney dit :

      En faite, dans le point de vue de BDW, et la N-VA qui ont une vue libéral sur l’economie, il faut deduire les charges sociales et les taxations afin de pousser l’economie. Et selon son point de vue une des plus grandes raisons pourquoi on est le pays le pay le plus taxée dans l’ OESO est a cause de la structure du pays. Et je pense qu’il a raison avec ses arguments…je ne suis pas d’accord avec ses solutions mais en Flandre il est dans une coalition avec CD&V ET SPA et le budget serait de nouveau en équilibre en 2011. Avantage est que la PS a fait un bon Marchal plan qui commence a montrer son succes…alors c’est un bon partennaire afin de convaincre que plus de liberté, responsabilité est bien pour la wallonie aussi. Vous savez, les flamands sont bien concient du fait que ce Marshal-plan pourrait rendre la Wallonie plus riche que la Flandre dans 10-15 ans, parce que ils sont adaptées au nouveau types d’economie, comme la Flandre l’était il y 60 ans…

  8. mazama dit :

    et l’armée dans tout ca? je suis supposé rentrer à l’erm l’année prochaine si je réussis les examens… pfff j’ai voté, sans convictions ajourd’hui je ne respecte pas de wever, mais il est charismatique c’est peut-etre ca qui manque à la wallonie un homme charismatique

    • Bonney dit :

      Et Leterme, il avait 800.000 votes est-ce qu’il était si charismatique? Votez pour des gens qui ne promessent rien qu’ils ne peuvent pas promettre. Pourquoi Leterme et maintenant BDW ont ils eu un telle resultat…ils sont claire. Ils donnent leurs arguments pro et contra et on le suit ou pas. A la fin on peut etre c’est le bilan qui doit etre dans le positive…si on a l’argent on peut-etre si social, culturel etc etc qu’on veut et le plus grand cout selons les points de vue de la N-VA c’est la structure de la Belgique comme elle est a ce moment ci. Alors il faut reformer (j’ai pas dis separer) avant de déposer. Rien charismatique dedans…c’est simplement une argumentation que les Flamands ont suivi combiné avec le bloquage de la CD-H et voila le mix du momentum de la N-VA

  9. Philo dit :

    Il est très clair que le confédéralisme évolutif dont Bart de Wever nous parle consiste à entamer de nouvelles réformes afin d’assurer le transfert des compétences fédérales vers les régions pour ensuite une fois la coquille fédérale vide et après avoir mis la main sur Bruxelles, qui ne l’oublions pas se situe en Flandres, demander le séparatisme de la Wallonie.Le dernier bastion de la Belgique est Bruxelles. Une fois que la Flandres aura mis la main sur la Bruxelles, il est sûr que la Belgique n’existera plus que sous l’appellation Belgie.