Elus/pas élus sur BHV: revue des troupes et des illusions perdues

Lundi 14 juin 2010

Outre les résultats des listes déjà largement commentés, le lendemain du scrutin permet aussi de faire le point sur les situations personnelles, les bonnes surprises et les désillusions qui parsèment les carrières politiques.

Dans l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, le MR plie mais ne rompt point. Mais il y a un élu en moins, et malgré ses 15 876 voix de préférence, Alain Destexhe passe à la trappe. l’ancien patron de MSF Belgique, poil-à-gratter du MR bruxellois, se voit donc privé de mandat pour la première fois depuis 1995. A noter encore: trois des cinq élus MR sont des FDF. Son président, Olivier Maingain, en profite même pour pulvériser au passage le record des voix de préférence sur l’arrondissement, avec près de 63 000  voix. Il laisse loin derrière lui Laurette Onkelinx (40 621 voix) et Joëlle Milquet (33 097 voix). Les deux autres sont Bernard Clerfayt, secrétaire d’Etat sortant et bourgmestre de Schaerbeek, et -nouveau venu- le bourgmestre non nomé de Linkebeek, Damien Thiéry, fort de 16 790 suffrages.

Damien Thiéry ne devrait pas être le seul élu de la périphérie à siéger bientôt à la Chambre. La bourgmestre de Rhode-Saint-Genèse, Myriam Delacroix-Rolin pourrait en effet l’y rejoindre. Première suppléante de la liste cdH, avec 5 718 suffrages, elle devrait remplacer Benoît Cerexhe, élu à la seconde place mais actuellement ministre régional bruxellois de l’Emploi.

Au PS, le ministre président bruxellois Charles Picqué poussait la liste. Bien sûr, il fait partie des quatre élus socialistes, mais son  score laisse à désirer. Pour celui qui incarnait la Région bruxelloise depuis ses origines, le score de 27 127 voix est un demi-échec. Toujours aux affaires à Bruxelles, il devrait céder son strapontin à Karine Lalieux, députée sortante. Yvan Mayeur et Fadila Laanan complètent, avec Laurette Onkelinx en cheffe de file, le quatuor socialiste bruxellois.

Score mi-figue, mi-raisin pour l’Ecolo Olivier Deleuze. Avec 14 617 voix, la tête de liste verte, ancien secrétaire d’Etat sous le gouvernement « arc-en-ciel », reste loin derrière ses homologues des autres partis. Zoé Genot, députée sortante, l’accompagnera à la Chambre.

Côté néerlandophone, le CD&V Steven Van Ackere, ministre sortant des Affaires étrangères, rempile avec 18 695 voix de préférence. Mais c’est raté pour le bourgmestre de Gooik, Michel Doomst, l’un des fer de lance du combat flamand pour la scission de BHV. Troisième sur la liste, il ne siègera pas. Du moins, tant que Steven Van Ackere ne retrouvera pas une fonction ministérielle puis qu’il est également premier suppléant. Mais -à quelque-chose, malheur est bon- cette circonstance lui permettra peut-être de déposer un recours contre des élections qu’il qualifiait d’ »illégales », sans pour autant se faire hara kiri.

Autre situation surprenante, celle de Groen! Malgré un score en légère augmentation (+ 0,29%), les verts flamands perdent leur élue dans l’arrondissement central. Ironie de l’histoire, c’est Tinne Van der Straeten qui s’en va. Elle avait été la seule élue flamande à s’abstenir lors du fameux vote en commission de la Chambre sur les propositions de loi flamandes scindant BHV.

T.N.

Un commentaire sur “Elus/pas élus sur BHV: revue des troupes et des illusions perdues”

  1. rudi dit :

    De toute façon, une fois le loyer payé moi je n’ai plus accès à la sécu (médecin, pharmacien). J’ ai du choisir manger ou les médicaments.