Alexander De Croo : « Il y a un parfum de taxation dans l’air »

Vendredi 11 juin 2010

Les chrétiens-démocrates et les socialistes rêvent ouvertement d’une coalition rouge-romaine, selon l’Open Vld. « Il y a un parfum de taxation dans l’air. Et ça pue« , a averti jeudi soir Alexander De Croo lors du congrès de clôture de l’Open Vld.

Le président des libéraux flamands se pose ainsi comme étant « l’unique garantie contre une augmentation des impôts sur le dos du Flamand qui travaille« .

Comme lors des dernières élections, l’Open Vld a tenu son congrès de clôture à Gand avec en invité vedette Mark Rutte qui a mené les libéraux néerlandais à la victoire. « Tous les observateurs sont d’accord. L’Open Vld a donné du contenu à ces élections. Nous avons mené une campagne honnête. Nous n’avons pas fait de promesses financièrement intenables« , a encore expliqué Alexander De Croo aux militants.

Belga

3 commentaires sur “Alexander De Croo : « Il y a un parfum de taxation dans l’air »”

  1. cricri dit :

    Sait il de quoi il parle en parlant de puanteur : « Celui qui se couche avec le cul qui gratte, se lève avec le doigt qui pue » (proverbe chinois). C’est tout autre chose que le parfum « taxation » qui n’a jamais pué, même Chanel vous le dira et si Alexandre le grand se pose comme la garantie contre une augmentation d’impôts sur le dos du flamand qui travaille, que les flamands fassent attention car il ne garantit que le dos. Il se tait concernant l’impôt sur les mains et la tête qui travaillent. A moins que cela n’est plus d’application en flandre mais seulement en wallonie.

  2. Maurice dit :

    Il y a les gênes et la gêne, il n’a ni les uns ni l’autre.
    Le degré de stupidité de ceux qui l’ont nommé à la tête du parti est devenu la seule chose de grandiose parmi les siens.
    Encore une fois ça ne vaut rien d’être fisl à papa

  3. zinneke dit :

    Quel culot! Cet inconséquent a provoqué la crise, et maintenant il met en garde contre ses conséquences ??? Ce type n’a aucune maturité et le seul souhait que j’exprime (et qui semble en passe de se réaliser), c’est que les électeurs le renvoit, lui et son parti de boutte-feu, à ses chères études. Et qu’il ait au moins, au soir des élections, le courage et l’honnêteté de démissionner de la tête d’un parti qu’il aura contribué à enterrer un peu plus encore!