Les ors du Royaume pour un républicain séparatiste

Lundi 21 juin 2010

La Belgique n’est plus à un paradoxe près mais Bart De Wever, informateur royal (sic), consultera bien sous les plafonds dorés du parlement belge. Le président de la N-VA joue pour l’instant la partition traditionnelle de l’après-scrutin.

La mission d’informateur n’est détaillée dans aucun texte légal mais le nationaliste De Wever s’est plié de bonne grâce à la tradition belge et royale.

Dès le soir du scrutin, Bart De Wever a pris soin de ne pas paraître maximaliste dans ses revendications, la jouant modeste, rappelant que la réalité politique belge est faite de négociations et de concessions. Il a d’emblée placé sa démarche dans un processus long, un « darwinisme politique », qui dans un futur lointain conduit vers l’indépendance de la Flandre, grand soir du nationalisme du Nord du pays. On est bien loin du triomphalisme puéril d’Yves Leterme, en 2007, qui laissait accroire qu’il suffisait de vouloir pour avoir.

Lire la suite de la chronique de Philippe Walkowiak

Les commentaires sont fermés.