Une copie extrêmement rare d'une calligraphie chinoise du maître Wang Xizhi a été découverte au Japon, une première depuis 40 ans, a annoncé mardi le Musée national de Tokyo.

Il n'existe plus aucun original du travail de cet immense calligraphe du 4e siècle, en dépit du fait que ses oeuvres ont été pieusement conservées à travers les siècles par les empereurs chinois.

Wang Xizhi a tellement influencé l'art de la calligraphie par son style innovant, que les cours chinoises se sont attachées à reproduire parfaitement ses calligraphies, dont certaines, vieilles de plus de mille ans, sont précieusement conservées au Japon comme des trésors nationaux.

"C'est une découverte d'une importance exceptionnelle pour l'étude du travail de Wang Xizhi", a indiqué dans un communiqué le Musée, qui compte exposer cette rarissime copie du 22 janvier au 3 mars.

Cette oeuvre, qui appartient à une personne privée japonaise, se compose de 24 caractères en trois lignes sur un support de papier d'environ 26 centimètres sur 10.

Selon le Musée, il semble que l'on soit en présence d'une partie d'une lettre, comprenant des phrases habituelles du maître calligraphe. "Je suis fatigué chaque jour. Je ne vis que pour toi", peut-on notamment lire dans ce court texte qui cite également des noms, dont celui du fils de Wang Xizhi.


Belga