Après 6 ans à la tête de la Monnaie et alors qu'il entame un nouveau mandat comme directeur, Peter de Caluwé a présenté mercredi la saison 2013-2014 de l'Opéra. Celle-ci s'inscrit dans la continuité de ce qu'il a fait jusqu'à présent et a pour thème "Non", une invitation à la résistance à tout ce qui va mal dans le monde.

Cette présentation s'est déroulée dans les salons de la présidence du Sénat pour marquer le cinquantième anniversaire de la Monnaie en tant qu'institution d'abord nationale et maintenant fédérale.

Dans un mot d'accueil, la présidente du Sénat Sabine de Béthune a souligné que "cinquante ans, c'est un âge paradoxal pour une maison qui a déjà fêté son tricentenaire". Et de rappeler que la Monnaie était jusqu'en 1963 un théâtre de la ville de Bruxelles.

Dans le cadre de cette présentation Peter de Caluwé a insisté sur le difficile équilibre financier de la Monnaie et l'insécurité récurrente à propos des subsides dont 75% sont consacrés à des frais de personnel auquel il est dès lors impossible de donner des garanties à long terme. Il a aussi rappelé l'urgence des travaux de rénovation qui sont indispensables pour permettre un bon fonctionnement de l'institution. Ces travaux sont prévus, mais toujours pas formellement décidés, entre juin et novembre 2015. "S'ils ne sont pas réalisés, je ne sais pas comment nous pourrons continuer à travailler", a dit le directeur.

Pour assurer son financement, la Monnaie compte bien sûr sur son public mais aussi sur ses mécènes. Elle pratique régulièrement la co-production avec d'autres grandes maisons d'opéra et collabore avec d'autres institutions culturelles belges.

La saison s'ouvrira avec "C(h)oeurs", un vaste projet d'Alain Platel sur les grands choeurs de Verdi et Wagner.

Le premier opéra au programme est "La Clemenza di Tito" de Mozart et le dernier "Orphée et Euridice" de Gluck. Ces deux compositeurs sont emblématiques du thème de la saison. Ils ont tous les deux souhaité inciter au changement, l'un par le contenu, l'autre par la forme, a souligné M. de Caluwé.

L'oeuvre de Gluck sera présentée dans sa version française établie par Hector Berlioz.

Entre les deux, la Monnaie présentera notamment "Hamlet" d'Ambroise Thomas, "Jenufa" de Janacek, "Rigoletto" de Verdi et la création mondiale du 6eme opéra de Philippe Boesmans "Au monde" d'après l'oeuvre éponyme de Joël Pommerat qui en assurera la mise en scène.

Hamlet est un opéra qui a été très populaire jusqu'à la première guerre mondiale mais qui a depuis quasi-disparu des scènes. Ce sera donc une découverte pour le public. Quant à Rigoletto, il complète la "trilogie" de la maturité du compositeur. "Il Trovatore" et "Traviata" étaient en effet au programme de cette saison.

"Guillaume Tell" de Rossini et "Fidelio" de Beethoven seront présentés en version de concert. Le "Guillaume Tell" est une oeuvre gigantesque à tous égards avec un grand nombre de solistes, de grands choeurs et orchestre. Quatre actes et presque quatre heures de musique.

Le programme comprend également des spectacles de danse avec les trois chorégraphes habituels de la maison, Anne Teresa de Keersmaeker, Sidi Larbi Cherkaoui et Sasha Waltz, ainsi qu'une série de concerts et de récitals.

La saison sera également l'occasion d'un nouveau projet avec des enfants des écoles bruxelloises.


Belga