A Bruxelles ce mercredi, Norah Jones a brillamment résumé 10 ans de carrière, en variant les ambiances.

Sa voix a marqué les années 2000 de manière indélébile. Au début de la décennie, elle signe avec Don't know why, un tube planétaire qui va populariser à jamais une forme de jazz vocal, à la fois brillante et accessible. Le monde découvre une voix splendide, celle d'une artiste complète qui ne tardera pas à montrer l'étendue de son talent, en s'éloignant peu à peu du carcan qui a fait son succès.

Mais que le temps passe vite ! Une cinquième tournée déjà pour Norah et une salle forestoise qu'elle électrise à chaque fois grâce notamment à un son quasi impeccable (une gageure dans cet antre de béton!). Évidemment, les gradins grisonnent de plus en plus (on se sent un peu intrus dans cet océan de quinquas, le prix du billet y est sûrement pour quelque chose!) mais la ferveur reste intacte.

Un band vraiment efficace

Signe des grands, Norah Jones, a réussi tous ses paris artistiques et apparaît légitime dans le virage musical vers le monde pop/rock qu'elle a entamé avec son album The Fall en 2009. En choisissant d'entamer son concert par une version à la guitare de Come away with me, titre de son premier disque (et selon nous sa plus belle chanson), elle assume parfaitement ce parcours. Le décor est planté, on peut se laisser embarquer pour 1h30 de plaisir...

Elle ne dit pas grand chose, prévenant juste qu'elle va enchaîner quelques titres du très réussi Little broken hearts sorti cette année avec un groupe rock au line up classique (guitare,basse, batterie, clavier) des plus efficaces. It 's gonna be et Chasing pirates seront les premiers morceaux à faire réagir un public qui écoute religieusement. Public qu'elle remerciera par deux fois en français ET en néerlandais, bilinguisme courtois qui devrait être la règle mais qui est malheureusement si rare.

The voice c'est elle!

On a beau être habitué à ses shows, sa voix nous scotche à chaque fois. On a toujours l'impression qu'elle sait tout chanter. Et la jolie Norah, en version queue de cheval et chaussures rouges, va nous le prouver toute la soirée en alternant les ambiances, passant de la guitare aux claviers (un peu trop présents, hélas). Puis au piano (avec ou sans contrebasse), pour rendre hommage à Hank Williams,qu'elle adore, sur Cold Cold Heart, extrait de sur son premier album. Ce disque fabuleux, elle y reviendra plus tard pour enchaîner quelques pépites dont le fameux Don't know why acclamé comme au premier jour.

On aura encore droit à quelques jolies envolées de guitares sur Sinkin' soon avant plusieurs titres du nouveau disque. Le très entraînant Happy pills puis le langoureux Miriam. A mentionner aussi, une belle version country de Lonestar (on se croirait dans un saloon!) et le délicieux Sunrise parfait en rappel.

Norah Jones fait décidément partie de ses artistes dont on ne se lassera jamais ! La voilà maintenant partie pour le sud de l'Europe et quelques dates aux U.S.A., avant l'Amérique latine, l'Asie et l'Australie. Bons vents Norah et...see you next time !

François Colinet

Dernier album: Norah Jones « Little broken hearts » (EMI)

Norah Jones - Little Broken Hearts

Norah Jones - Little Broken Hearts - © Tous droits réservés

À lire aussi