Nature : L'huile de Neem

huile neem
huile neem - © Tous droits réservés

On vous propose d'examiner plus attentivement les étiquettes de certains produits... Aujourd'hui, c'est au-dessus de celle de l'huile de Neem que l'on se penche...

Peut-être avez-vous vu apparaître cette huile dans certains produits cosmétiques, mais aussi en droguerie, dans les anti-mites, ou même en jardinerie, comme insecticide. Les promesses de l'huile de Neem sont nombreuses : on nous la vante comme un produit écologique mais efficace contre les maladies de la peau, les poux, les tiques et un tas d'autres parasites... Mais qu'est-ce que le Neem, tout d'abord ?

C'est un arbre ! L'Azadirachta indica en latin ou Margousier en français, pousse principalement en Inde et dans le Sud-Est asiatique, où il est utilisé depuis plus de 2000 ans dans la médecine ayurvédique. Considéré comme un arbre "protecteur" dans la culture traditionnelle de l'Inde, le Neem est surnommé "pharmacie du village". Toutes les parties de l'arbre, même l'écorce et le bois, contiennent des substances actives, mais ce sont surtout les fruits qui en sont riches, et dont on extrait la fameuse huile.

Les propriétés de l'huile de Neem sont certes connues depuis environ 2000 ans, mais cela n'en fait pas un produit totalement inoffensif. Il faut faire la part des choses entre l’huile de Neem issue de la plante entière et l'azadirachtine, principe actif de l'huile de Neem, potentiellement dangereux.  Des études  montrent que cette substance, prise isolément, aurait des impacts négatifs sur les milieux aquatiques, provoquerait des atrophies sur les jeunes abeilles et qu'elle serait aussi un perturbateur endocrinien.

Par contre, les feuilles de Neem, leurs macérations, ou l'huile de Neem ne présentent pas de danger. Sous ces formes, le Neem contient en effet de nombreuses autres substances actives que  l'azadirachtine, et c'est la combinaison de l'ensemble de ces substances qui détermine sa qualité et sa non-dangerosité. Bref, utiliser l'huile de Neem, oui, mais avec prudence, et plutôt à partir d'extraits de plantes bruts que de principes actifs isolés !

Et aussi